La rue Galt Ouest doit être redressée, une bande de verdure pourrait être ajoutée en son centre, et un immeuble comptant environ 70 logements abordables devrait être construit près du parc Alfred-Élie-Dufresne.

La démolition sur Galt commencera en octobre

La déconstruction des propriétés achetées par la Ville de Sherbrooke sur la rue Galt Ouest, entre les rues Alexandre et Belvédère Sud, devrait commencer en octobre. Il sera également nécessaire de décontaminer les terrains.

Les élus ont par ailleurs dû approuver un montant supplémentaire de 1 755 000 $ lundi pour que le projet puisse continuer de cheminer. À l’automne, un budget de 3 M$ avait été alloué pour commencer l’acquisition de gré à gré des immeubles. Toutefois, en 2019, la Ville doit payer l’indemnité provisionnelle pour les bâtiments qu’elle souhaite exproprier, soit 70 % de la valeur au rôle d’évaluation. S’ajoutent les indemnités pour les locataires qui devront déménager, les frais de déconstruction et les frais de décontamination.

À lire aussi:

La Ville lance le processus d’expropriation sur Galt Ouest

La Ville s’attend à payer le reste du montant pour les expropriations une fois que le Tribunal administratif du Québec aura tranché. La somme nécessaire pourrait varier entre 550 000 $ et 700 000 $ en 2020.

Dans le bilan déposé lundi au conseil municipal, on constate que quatre propriétés sont déjà achetées par la Ville et que quatre autres sont visées par les procédures d’expropriation. On y présente aussi le coût d’achat estimé pour chacun des immeubles, de même que les montants payés à ce jour. La Ville a jusqu’à maintenant payé 1 572 000 $ pour acheter les quatre bâtiments en question, soit 87 000 $ de plus que le montant estimé au départ.

Rappelons que la Ville compte élargir la rue Galt Ouest entre les rues Alexandre et Belvédère, en plus d’y ajouter une piste multifonctionnelle. Elle en profitera pour agrandir le parc Alfred-Élie-Dufresne et un immeuble comptant environ 70 logements accessibles et abordables devrait être érigé. L’ensemble des travaux immobiliers devrait prendre deux ans. La Tribune a obtenu un premier croquis qui donne un aperçu du projet que souhaite réaliser la Ville.

La conseillère Évelyne Beaudin a cherché à savoir combien coûterait l’ensemble du projet, sachant que la Ville profitera de travaux pour remplacer ses conduites d’égout et d’aqueduc, datant des années 1920, pour enclencher ce projet de revitalisation.

« On constate que ça semble coûter un peu plus que ce qu’on avait évalué. Ma demande, c’est que le conseil municipal puisse avoir le coût total de ce projet-là. On reçoit beaucoup les trucs par morceaux. Au-delà de l’achat des bâtiments, il faut élargir la rue, refaire les égouts, et nous ne savons pas quel est l’investissement municipal pour réaliser l’ensemble du projet. »

Pour l’acquisition des propriétés, les dommages versés aux propriétaires et locataires, les coûts de démolition et de décontamination, la facture est évaluée à 5,1 M$. La somme pour l’ensemble du chantier n’a pas été dévoilée lundi.