D’importants changements ont eu lieu au Carrefour de l’Estrie au cours des dernières années. L’épicerie Super C a déménagé, ce qui a permis de rendre son stationnement plus accessible.

La cure de rajeunissement de 44 M$ du Carrefour est terminée

La direction d’Ivanhoé Cambridge n’est pas peu fière des importants changements apportés à son centre commercial Le Carrefour de l’Estrie au cours des dernières années.

Les travaux d’envergure ont commandé des investissements de 44 M$, rapporte Jean Landry, vice-président de la location des centres commerciaux. En fait, c’est toute une cure de rajeunissement qui a été apportée au centre commercial du boulevard de Portland. Quelqu’un qui n’y a pas mis les pieds depuis deux ans peut y perdre ses repères tellement les changements ont été nombreux.

Tout cela a débuté avec la fermeture de la chaîne Target, explique M. Landry à La Tribune. « Le départ de Target a libéré un espace important, sur deux étages en plus. Nous en avons profité pour diviser les locaux vacants en vue d’améliorer notre offre », rappelle-t-il.

« Nous savions que le Sports Experts cherchait à déménager dans le centre commercial. Son propriétaire Roger Héroux a été comme le catalyseur de tous les changements qui ont eu lieu. Nous avons pu installer son magasin à l’étage du Target. Le Super C a pu prendre le premier étage. »

M. Landry fait remarquer que le changement d’adresse de l’épicerie grande surface a permis l’amélioration de l’utilisation du stationnement des clients du Super C. L’accès est rendu plus facile, dit-il.

Un magasin Marshall est venu compléter l’occupation de l’espace dans ce secteur du centre commercial, ajoute le gestionnaire. « En un an, nous avons pu recycler l’espace qu’occupait le Target », fait-il remarquer.

Ont suivi d’autres rénovations, notamment dans le secteur de la foire alimentaire. On a aussi modifié le mobilier du mail, les escaliers roulants, la décoration. De nouveaux joueurs sont venus s’installer. Jean Landry souligne l’arrivée récente d’une boutique Sephora. La semaine dernière, le H&M a rouvert ses portes après un agrandissement et une rénovation majeure.

Il ajoute que la direction du magasin Simons vient de renouveler son bail à long terme.

« Nous avons de nouveaux locataires et nous avons rehaussé notre mix de détaillants », se félicite-t-il.

« C’est un travail colossal qui a été fait en deux ans et demi. »

Et le Sears?

La direction d’Ivanhoé Cambridge ne se cache pas qu’il reste encore bien du travail à faire. On peut remarquer en circulant dans les allées que certains locaux sont encore inoccupés. On devra aussi occuper l’espace laissé vacant par la fermeture du magasin Sears. « Nous évaluons les options à notre disposition », confirme M. Landry.

« Nous pourrions diviser le local pour des magasins ou y aménager des services pour la clientèle. »

Ivanhoé Cambridge n’a pas craint d’effectuer ses investissements malgré les difficultés rencontrées dans le commerce au détail à l’heure du commerce électronique. « Le commerce au détail est en changement et nous mettons les efforts nécessaires pour travailler avec nos actifs afin d’améliorer l’offre aux consommateurs », plaide-t-il.

« Les gens peuvent faire du prémagasinage en ligne, mais ils se rendent en magasin par la suite. C’est là qu’il faut les satisfaire avec notre offre adaptée. Nos ventes sont en croissance et nos locataires le constatent. Nous voulons que les touristes qui visitent la région viennent y magasiner. Nous voulons faire du Carrefour une destination magasinage. »