Élèves de l'école secondaire du Triolet.

La CSRS réclame une 5e école secondaire

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) va de l’avant avec la demande d’une nouvelle école secondaire, dont l’estimation est de 33, 5 M. L’organisation a déposé sa demande pour un établissement de 1000 élèves, mardi. Elle souhaite également agrandir l’école primaire Jardin-des-Lacs de Saint-Denis-de-Brompton, qu’elle a agrandie en 2014. Elle a aussi redéposé le dossier de l’école D, le projet de la nouvelle école primaire d’Ascot qui n’a pas été retenu. Les demandes d’espace déposées nécessiteraient des investissements de près de 59 M$, selon les paramètres du ministère de l’Éducation.

Les demandes ont été déposées dans le cadre du Plan québécois des infrastructures 2019-2029 mardi soir au conseil des commissaires.

Lire aussi: Un autre agrandissement espéré à Jardin-des-Lacs

L’organisation évalue qu’il lui manquera 1080 places au secondaire d’ici 10 ans. L’école secondaire du Triolet déborde : sa capacité d’accueil est de 2137 élèves et l’établissement en compte 2132. Si on regarde les données de l’an passé, l’école accueillait, au total, 1298 élèves inscrits en sports-études et en santé globale.

Mitchell-Montcalm est aussi très à l’étroit. Mitchell (dont le bâtiment a été construit en 1878) accueille 548 élèves pour une capacité de 513, et Montcalm 963 pour une capacité de 858. On compte environ 686 élèves inscrits dans l’une des vocations offertes.

Des élèves qui auraient voulu fréquenter le Triolet et Mitchell-Montcalm et qui ne faisaient pas partie de leur territoire d’appartenance ont dû être refusés faute d’espace, note le directeur général adjoint à l’administration de la CSRS, Carl Mercier.

Emplacement à déterminer

Pour le moment, la CSRS ne s’avance pas sur l’emplacement de la future école; plusieurs aspects doivent être considérés. Rappelons que le secteur du boulevard René-Lévesque a déjà été évoqué. Des discussions doivent avoir lieu avec la Ville de Sherbrooke concernant les terrains disponibles. Si Québec donnait son aval au projet, il pourrait se concrétiser en vue de la rentrée 2021-2022.

La CSRS fait cette demande parallèlement à l’agrandissement et le réaménagement du Centre de formation professionnelle 24— Juin qu’elle espère obtenir. La commission scolaire a obtenu 2 M$ afin de faire l’étude du projet évalué à 67 M$, mais ne sait pas encore si elle pourra procéder à l’agrandissement et au réaménagement du centre, ce qui permettrait de récupérer des espaces au Triolet.

La CSRS ne pouvait pas se tourner vers ses autres écoles secondaires. « La croissance se fait sentir dans les quatre écoles pour les prochaines années », précise Carl Mercier.  

Selon les dernières prévisions, la CSRS connaîtra une augmentation de 570 élèves au primaire au cours des cinq prochaines années et 1602 au secondaire au cours des 10 prochaines années. La croissance des effectifs est aussi liée à l’arrivée de jeunes immigrants. Actuellement, environ 24 % des élèves sont issus de l’immigration et regroupent 80 nationalités différentes.

L’organisation pourrait-elle relocaliser certaines vocations dans la nouvelle école secondaire, compte tenu du nombre important d’élèves inscrits? Cela fait partie des données qui seront étudiées. L‘organisation devra aussi se pencher sur les territoires d’appartenance des écoles primaires. Par exemple, un élève du primaire qui devait fréquenter le Triolet pourrait poursuivre son parcours dans la future école secondaire advenant un feu vert de Québec. La CSRS n’a pas inauguré de nouvelle école secondaire depuis 1977, avec l’inauguration du Triolet.