Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mirabel Henriquez sollicite l’appui du gouvernement fédéral en lien avec les violences en Colombie au nom de la communauté colombienne.
Mirabel Henriquez sollicite l’appui du gouvernement fédéral en lien avec les violences en Colombie au nom de la communauté colombienne.

La communauté colombienne de Sherbrooke interpelle Justin Trudeau

Véronik Lamoureux
Véronik Lamoureux
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La communauté colombienne de Sherbrooke appelle la population sherbrookoise à se joindre à eux vendredi soir pour un rassemblement pacifique qui se tiendra au marché de la gare sur les coups de 19 h. Cet événement a pour objectif d’obtenir l’appui du gouvernement canadien pour faire cesser la répression militaire et la violence qui sévissent en Colombie depuis maintenant 2 semaines, en lien avec la réforme fiscale du gouvernement de droite de Iván Duque Márquez.

Jeudi soir à 17 h, Edwin Moreno, politicien indépendant, a convié les médias pour une conférence de presse à 17 h, devant l’hôtel de ville de Sherbrooke. Il a rapidement cédé la parole à Maribel Henriquez qui s’est exprimée au nom de la communauté colombienne de Sherbrooke sur la situation en Colombie. 

« Aujourd’hui, nous sommes ici parce que comme citoyens d’origine colombienne, nous sommes dans l’obligation d’élever notre voix pour dénoncer les actes de barbarie et de violation des droits humains perpétrés par l’État colombien. », a affirmé Mme Henriquez. 

La porte-parole a continué son discours en s’adressant directement à l’État colombien pour le presser de mettre un frein à la violence envers les manifestants et de plutôt ouvrir la porte à un dialogue avec le peuple dans un contexte de pandémie où les citoyens et citoyennes ont besoin plus que jamais d’un gouvernement qui est en phase avec la réalité du pays. La femme a rappelé que la Colombie arrive au 5e rang du triste palmarès des décès liés à la COVID-19 en Amérique latine avec plus de 75 000 morts. 

Mme Henriquez s’est ensuite adressée au gouvernement Trudeau pour demander son appui à travers cette crise. La porte-parole a tenu à exprimer la reconnaissance du peuple colombien envers le Canada. « Grâce au Canada, un important nombre de citoyens d’origine colombienne peut maintenant vivre en toute tranquillité, en contribuant au développement de notre société canadienne et québécoise. »

La communauté colombienne de Sherbrooke souhaite que Justin Trudeau prenne position en ce qui a trait à la situation actuelle en Colombie. Mme Henriquez a ajouté que selon leur communauté, la voix du premier ministre canadien pourrait servir de catalyseur pour faire réaliser au gouvernement colombien que la violence et la répression ne sont pas la solution pour régler les problématiques sociales qui persistent depuis trop longtemps au pays. 

La conférence de presse s’est terminée sur un appel de solidarité au peuple sherbrookois. La porte-parole a invité une seconde fois la population de Sherbrooke à se présenter au marché de la gare vendredi soir à 19 h en appui à la communauté colombienne. Mme Henriquez a assuré que les normes sanitaires seront respectées et que le rassemblement se déroulera pacifiquement.  

Lors de la période de questions, Edwin Moreno a martelé la reconnaissance du peuple colombien envers leur pays d’accueil. 

« Le Canada a toujours été d’une grande aide pour la population colombienne. Ils se sont impliqués dans plusieurs programmes, notamment pour faire enlever les mines antipersonnelles et dans des programmes pour aider les femmes. On pense que si on obtient l’appui du gouvernement, ça pourrait faire une pression et aider la situation en Colombie. »

M. Moreno déplore également la stigmatisation des manifestants. Selon le politicien, la situation actuelle est le reflet d’un trop-plein et d’une réaction du peuple face à la violence qui perdure depuis des années au pays. 

« Aujourd’hui, les Colombiens sont fatigués de la pauvreté, de la corruption et de la violence. Malheureusement, les manifestants sont stigmatisés par le gouvernement colombien : ils sont tous considérés comme des vandales, des rebelles, des narcos. »

Les membres présents ont scandé un cri de ralliement à de multiples reprises à la suite de la conférence de presse. Vendredi soir, le rassemblement constituera un symbole puissant de solidarité du Canada vers la Colombie en ces temps inédits.