Les municipalités qui interrompront la collecte des matières recyclables entre le 29 mai et le 14 juin ont avisé leurs citoyens. À Sherbrooke, les collectes se poursuivent comme prévu.
Les municipalités qui interrompront la collecte des matières recyclables entre le 29 mai et le 14 juin ont avisé leurs citoyens. À Sherbrooke, les collectes se poursuivent comme prévu.

La collecte de recyclage ne sera pas interrompue à Sherbrooke

Le maire Steve Lussier a vu son souhait se réaliser : la collecte des matières recyclables ne sera pas interrompue à Sherbrooke même si Récup Estrie doit cesser ses activités pendant deux semaines. Certaines autres villes membres de la régie de récupération continueront elles aussi leurs collectes comme prévu d’ici la mi-juin.

Rappelons que Récup Estrie interrompt ses activités de tri à partir de vendredi, et ce, pour deux semaines, pour installer de nouvelles lignes de tri optique qui permettront d’assurer une plus grande qualité pour le papier recyclé. Une telle opération nécessite l’arrêt complet de la machinerie. Le président de Récup Estrie, Pierre Avard, suggérait aux citoyens de garder leurs matières recyclables à la maison pendant cette période pour éviter des frais d’entreposage pour la régie et réduire l’impact environnemental du déplacement des camions.

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et la mairesse d’Ascot Corner, Nathalie Bresse, avaient décrié cette stratégie. 

Pierre Avard confirme que les matières sherbrookoises seront ramassées, mises en ballots et entreposées directement chez Récup Estrie. « Nous continuons de suggérer aux citoyens qui le peuvent et qui veulent nous donner un coup de main de garder leurs matières pour les deux premières semaines de juin. Mais nous savons que c’est plus difficile pour certains, entre autres les blocs d’appartements. Nous pourrons mettre la matière en ballots, mais la qualité sera moindre parce que tout sera compressé. »

Les MRC de Coaticook et des Sources ont accepté de suspendre leurs collectes, ainsi que certaines municipalités du Haut-Saint-François. « Ça dépend de qui les transporte. Certains ne voulaient pas interrompre leurs activités même si on les payait comme d’habitude. Entreposer le matériel entraîne des coûts supplémentaires. Nous sommes déçus de la décision de Sherbrooke mais nous comprenons », répond M. Avard.

Au début mai, M. Avard, disait que les entrepôts utilisés par Récup Estrie dans le passé n’étaient plus disponibles. La Régie a finalement dégoté d’autres entrepôts, dont un à Windsor. 

« Nous n’avons pas retenu l’option d’envoyer les matières à Valoris en raison des coûts et de la distance. »

L’installation de la nouvelle machinerie commence à 5 h vendredi matin et se poursuivra 24 h/24 pendant une dizaine de jours. Pour deux semaines de collecte, ce sont généralement entre 1500 et 2000 tonnes de matières recyclables qui sont ramassées. 

Le maire Steve Lussier était heureux de dire à ses concitoyens que les collectes se poursuivront comme prévu. « Je leur dis même de continuer à mettre leur recyclage dans le bac comme d’habitude. Il sera mis en ballot et sera même mieux trié grâce aux nouvelles machines. Il faut continuer de faire le bon geste dans le bon bac. »

Son message est donc différent de celui de Pierre Avard, qui invite les citoyens à accumuler les matières recyclables à la maison. « Je ne sais pas pourquoi il dit ça, réagit M. Avard. Quand c’est une même matière qui est mise en ballot, il n’y a pas de problème, mais quand le papier et le verre se mélangent, il ne faut pas être savant pour savoir que ça ne marche pas. Je comprends le maire de ne pas vouloir que le recyclage se retrouve dans le bac noir, mais il ne faut pas dénigrer les autres qui ont des idées qui ne sont pas comme les siennes. Je lui rappellerais qu’il est aussi membre de Récup Estrie. Qu’il n’est pas seulement à Valoris et qu’il faut agir de façon responsable pour éviter que les factures augmentent pour les contribuables. »