Marthe Lecours et sa mère, Louise Goulet Lecours, annoncent que la Boutique du voyage joint les rangs de Station vacances, dans le secteur Rock Forest.

La Boutique du voyage joint les rangs de Station vacances

L’industrie du voyage tourne une page d’histoire ces jours-ci avec la conclusion d’une transaction touchant deux boutiques sherbrookoises.

L’équipe de la Boutique du voyage, des Promenades King, joint les rangs de Station vacances dans le secteur Rock Forest.

La transaction a lieu alors que la Boutique du voyage célèbre ses 45 ans d’affaires. Les conseillers en voyage Marthe Lecours, Jacques Chouinard et Renée Roy se déplacent dans les locaux de Station Vacances sur le boulevard Bourque.

Le nom Boutique du voyage demeure en force compte tenu de sa notoriété dans la région, assure Louise Goulet Lecours, qui a été longtemps parmi les gestionnaires du commerce.

« Nous sommes en opération depuis 45 ans et le nom est gardé », se réjouit-elle, lors d’un entretien accordé à La Tribune.

« Les trois conseillers continueront de servir notre clientèle, mais avec Station vacances. »

L’aventure a débuté tranquillement, mais La Boutique du voyage a pris un rythme soutenu au cours de ces décennies, raconte Mme Goulet Lecours. « Le vrai fondateur, c’est Paul H. Lecours, dit-elle. À l’époque, il n’y avait que deux agences de voyages à Sherbrooke. »

« Moi, je me suis jointe aux activités. Nous avions commencé à organiser des voyages dans l’Ouest canadien à la demande de la Société Saint-Jean-Baptiste. Il y avait 80 passagers. »

C’est à ce moment que la machine s’est vraiment mise en branle, ajoute Louise Goulet Lecours, aujourd’hui retraitée. Les voyages de groupe se sont enchaînés. « C’est beaucoup de travail organiser des voyages de groupe. Il ne faut pas que tu te trompes! » lance-t-elle.

« Après les voyages dans l’Ouest canadien, il y en a eu d’autres : l’Europe, le Mexique, l’Australie, la Scandinavie, etc. »

La Boutique du voyage a eu pignon sur rue dans plusieurs autres villes au cours de ces années, poursuit-elle. On a ouvert des succursales à Fleurimont, Lac-Mégantic, Asbestos, Drummondville et Saint-Jean-sur-le-Richelieu.

Le monde du voyage a beaucoup évolué, notamment avec l’arrivée d’internet, mais l’agence a encore sa raison d’être, plaide-t-elle. « Les gens ont encore besoin de nous », note Mme Goulet Lecours.

« Quand il est question de voyages plus compliqués, pour des voyages d’affaires, ça demande de la recherche. Les gens ont besoin de services spécialisés. Nous avons eu une clientèle fidèle et elle continuera de l’être. »

« Notre slogan a toujours été dans notre publicité : nous connaissons le monde et nous le vendons bien. Sans prétention, je crois que nous avons changé la vie de beaucoup de voyageuses et voyageurs. »