Jour de réveillon : achalandage normal au Carrefour de l'Estrie

Chaque année, le week-end qui précède Noël est un moment achalandé pour le Carrefour de l’Estrie. Cette année n’était pas une exception, les Sherbrookois étaient nombreux à courir les boutiques. Cependant, la journée du 24 décembre s’est avérée moins mouvementée qu’anticiper.

Les commerçants s’entendront pour dire que la journée de lundi ressemblait à une journée normale au boulot. 

« Je trouve que cette année, les gens étaient plus préparés que les années passées. J’ai cette impression-là. Samedi ça arrêtait plus, c’était très occupé. Puis dimanche ça s’est calmé, et [lundi] c’est étonnamment calme. Je me disais justement qu’il allait y avoir plus de gens dernière minute, mais on ne dirait pas », exprime Melany Parent-Poisson qui travaille au service à la clientèle du Carrefour depuis trois ans. 

Les commerçants vous diront aussi que les cadeaux de pige ou à thème étaient populaires ce Noël.  

« On a vendu beaucoup d’accessoires, c’est le temps des cadeaux d’échange. Ce sont des cadeaux avec des plus petits montants. Ça, on en a eu plusieurs. Mais ce n’était pas la grosse frénésie. Les cadeaux de dernière minute, c’était plus ce week-end », partage Monique Cyr, vendeuse au Sports-Experts depuis quatre ans.

Le kiosque de Nutra-Fruit Canneberge était lui aussi très occupé pendant les journées précédant le réveillon. Les employées présentes ont d’ailleurs remarqué un engouement pour les produits locaux, les gens s’y intéressaient particulièrement.

« Nous c’est beaucoup les cadeaux d’hôtesse ou les cadeaux d’échange. Les gens se donnent aussi beaucoup le thème cadeaux locaux, ils nous en parlent. Les parents viennent aussi acheter nos produits pour les profs de leurs enfants », commente l’employée Laurence Bergeron. 

Plusieurs commerçants rappellent aussi l’efficacité d’une carte-cadeau, qui rend les achats simples et rapides.

« Les gens prennent beaucoup leurs infos d’avance, quand ils arrivent, ils savent ce qu’ils veulent et c’est rapide », confirme Paméla Roy-Lacroix, qui travaille au kiosque du spa Balnéa depuis plusieurs années pendant le temps des fêtes. 

Souvent, c’est justement facile d’acheter des cartes-cadeaux à la dernière minute. Elle aussi est d’ailleurs quelque peu étonnée du lundi tranquille. 

Quelques membres du personnel de Simons ou des boutiques de bijoux comme Bizou ont eux aussi confirmé l’intérêt pour les cartes-cadeaux.

« Ce qui a changé avec les années, c’est vraiment le phénomène carte-cadeau. Il y en a tellement. Souvent les gens ont une idée, mais ils hésitent entre deux ou trois modèles », partage Thérèse Bordeleau, qui travaille dans la vente depuis 30 ans.

La jeune Maëva Labrie venue faire les derniers achats des fêtes avec son papa.