C’est avec fierté que Jocelyn Thibault a obtenu son premier Trophée Maurice-Filion, remis au directeur général de l’année dans la LHJMQ.
C’est avec fierté que Jocelyn Thibault a obtenu son premier Trophée Maurice-Filion, remis au directeur général de l’année dans la LHJMQ.

Jocelyn Thibault nommé directeur général de l’année

À son arrivée au poste de directeur général du Phoenix de Sherbrooke en décembre 2015, Jocelyn Thibault avouait que devenir DG de sa propre équipe de hockey junior majeur n’était pas dans son plan de carrière. Cinq ans plus tard, après avoir mené le Phoenix de Sherbrooke vers le premier rang du classement général, Jocelyn Thibault se voit offrir le Trohpée Maurice-Filion remis au directeur général de l’année dans la LHJMQ.

Les 51 victoires en 63 parties ont suffi pour convaincre la LHJMQ de remettre ce titre au DG de la formation sherbrookoise. Le Phoenix a terminé au sommet du Top 10 de la Ligue canadienne de hockey avec seulement 12 défaites à sa fiche.

Au moment de mettre fin abruptement à la saison 2019-2020 en raison de la COVID-19, le Phoenix avait accumulé 106 points (51-8-3-1), ce qui lui a permis de mettre la main sur la Coupe du Président. Une première dans l’histoire de l’organisation.

Jocelyn Thibault a passé les quatre dernières années à bâtir un alignement gagnant en espérant voir son club atteindre sa pleine maturité en 2020-2021. L’équipe pilotée par Stéphane Julien a dépassé les attentes en connaissant du succès dès la saison 2019-2020 avec un joueur de 18 ans comme capitaine, Samuel Poulin. 

«J’ai pris goût au travail de DG, avoue l’ancien gardien de la LNH. J’y vais une saison à la fois. Je suis content de voir que notre équipe de recruteurs est bien établie et que notre personnel d’entraîneurs fait le travail. J’aimerais d’ailleurs sécuriser leur poste prochainement. Bref, la phase 1 est bien entamée, mais elle n’est pas encore terminée. On verra la suite des choses, mais j’aime bien mon travail!»

Cette saison, Jocelyn Thibault avait acquis les services de Samuel Bolduc, Xavier Bernard, Xavier Parent et Gregory Kreutzer notamment en plus de repêcher le gardien européen Samuel Hlavaj, qui rejoignait un noyau de vétérans déjà bien établis.

Notons que Samuel Hlavaj a échappé mardi le titre de Gardien de l’année de la LHJMQ, offert à Kevin Mandolese des Eagles du Cap-Breton.

«Je ne peux pas dire qu’il y a une acquisition cette saison qui a fait toute la différence. Je me souviens toutefois que lorsque je suis arrivé en poste, on avait un bon groupe de jeunes sous la main avec de bons vétérans. Tout le monde avait de bonnes intentions, mais il fallait de sortir de cette ancienne mentalité. Celle de se complaire dans notre situation d’autrefois. On manquait de caractère.»

Comme le veut une bonne vieille expression du monde du hockey, le Phoenix manquait de «papier sablé». C’est là qu’est arrivé Mathieu Olivier. 

«Sa venue a été un élément déclencheur. Mathieu a eu un gros impact sur notre club. On comptait sur de bons joueurs comme Nicolas Poulin, Thomas Grégoire et Hugo Roy, mais ça nous prenait quelqu’un pour paver la voie vers une nouvelle culture d’équipe. Il pouvait soulever le vestiaire grâce à son désir de gagner et cette valeur est maintenant véhiculée d’année en année chez nous. En gagnant nos deux premières rondes en séries, on voyait un changement d’attitude chez nos jeunes et ce n’était qu’un commencement.»

Pour que le gâteau lève

Une fois le changement d’identité réalisé, Jocelyn Thibault espérait réunir tous les ingrédients pour voir le gâteau lever. Une expression que le directeur général aime bien emprunter. 

«On peut aussi faire plusieurs sortes de soupe, mais elles ne seront pas toutes bonnes! C’est plusieurs mouvements et décisions qui ont fait en sorte de composer l’équipe de l’édition 2019-2020. Je pourrais nommer tous les joueurs. Je pense entre autres au jour où l’on a repêché Samuel Poulin. Ou bien encore à la venue de Félix Robert. Et à la transaction d’Alex-Olivier Voyer.»

Le personnel du Phoenix a aussi eu son mot à dire dans l’année extraordinaire du Phoenix. 

«Stéphane Julien et moi, on partage la même vision. Stéphane a amené un leadership très fort, comme quand il était notre capitaine chez les Faucons. Cette vision, on l’a partagée avec le directeur général adjoint, les recruteurs et tout le personnel. Tout le monde est devenu complice et on avait le même objectif en tête. J’ai également pu tester certaines choses dans le hockey mineur. J’avais des convictions et je crois qu’on a pu bâtir sur du solide grâce à elles. On avait une vision à long terme et c’est loin d’être fini!» a déclaré Jocelyn Thibault peu après avoir reçu son premier Trophée Maurice-Filion.