Les règles liées à l'accueil des finales du Jeux du Québec ont été bonifiées.

Jeux d'hiver de 2023 : la porte est ouverte

Sports Québec le confirme : les doléances énoncées par les milieux hôtes ont été entendues et les conditions liées à l’accueil des Jeux du Québec ont été modifiées. Plus rien n’empêcherait donc Sherbrooke de lever la main pour les finales des Jeux du Québec d’hiver pour 2023.

L’explosion des coûts liés à la présentation des Jeux de la Francophonie, au Nouveau-Brunswick en 2020, a ramené l’intérêt de Sherbrooke pour les Jeux du Québec sur le tapis.

Appelé à commenter la possibilité de voir Sherbrooke être une option si Moncton-Dieppe devait se désister — on rappelle que la candidature du Nouveau-Brunswick avait finalement coiffé celle de Sherbrooke — le maire de Sherbrooke Steve Lussier avait démenti l’intérêt, se tournant plutôt vers la possibilité d’accueillir les Jeux du Québec.

Mais voilà, disait-il, les règles et conditions d’accueil de la compétition doivent changer. Des propos appuyés par le conseiller municipal et président du comité sport et loisir, Vincent Boutin.

« Oui on a un intérêt, mais c’est à voir. Le modèle actuel d’organisation des Jeux du Québec ne convient pas à Sherbrooke, surtout lorsqu’on compare les investissements nécessités et les retombées anticipées. Le gouvernement du Québec doit revoir le modèle des Jeux du Québec, alors on va attendre de voir si on y trouve notre compte pour aller de l’avant. On ne veut pas organiser des Jeux pour organiser des Jeux », affirmait-il.

Les règles ont déjà changé, confirme Frédéric Lemieux.

« Le ministère (ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport) a déjà réévalué les subventions. Il est donc désormais prévu que les projets en immobilisation pourraient être financés à concurrence de cinq millions de dollars. Des bonifications au niveau des subventions pour les budgets d’opérations sont également prévues », a dit le coordonnateur principal — Jeux du Québec et Gestion des connaissances, à Sports Québec.

« Le montant de cinq millions est donc effectif à partir des Jeux prévus pour 2022. Également, tout le processus de candidature a été révisé afin de faciliter et de diminuer la charge des milieux hôtes. Ces derniers ont fait part de leurs contraintes et de leurs réticences pour l’accueil des Jeux du Québec si les conditions demeuraient les mêmes. Sports Québec et le ministère ont donc travaillé de concert pour régler la problématique. »

M. Lemieux a également tenu à actualiser les propos de Vincent Boutin à propos des exigences de fédérations quant au niveau requis des installations.

M. Boutin arguait que les fédérations exigeaient maintenant des infrastructures aptes à accueillir des compétitions canadiennes.

« Ce n’est plus le cas. Les normes ont été révisées afin d’avoir des normes provinciales. »

Sherbrooke, comme d’autres milieux, a encore le temps pour démontrer de l’intérêt pour 2023.

« Le calendrier décisionnel n’est pas établi encore. Chose certaine, les villes intéressées devront démontrer leur intérêt après la présentation des finales provinciales des Jeux du Québec de mars 2019, à Québec, et avant la période estivale », a rappelé Frédéric Lemieux.