La propriétaire de la boutique Bébémeghan Annick Leclerc devant les décombres.

«Je n’ai plus de boutique et d’inventaire» [VIDÉO]

« J’ai tout perdu. Je n’ai plus de boutique et surtout plus d’inventaire. C’est une partie de moi que je perds. Ça fait mal. »

Devant les décombres de sa boutique Bébémeghan établie au complexe commercial Au pied des tours du boulevard Bourque, qui a été détruit par un incendie suspect dans la nuit de lundi à mardi, Annick Leclerc avait peine à retenir ses larmes.

À LIRE AUSSI: Incendie à Rock Forest: plusieurs commerces détruits [PHOTOS]

En avril dernier, elle avait choisi de donner un élan à son commerce en déménageant son inventaire composé de plus de 40 000 pièces de vêtements pour enfants de sa résidence à une boutique du boulevard Bourque. Elle avait créé un site web où elle vendait aussi en ligne ses vêtements partout au Canada et même en Europe.

« J’avais créé cette friperie de A à Z à la naissance de ma fille il y a 13 ans. J’ai élevé mes trois enfants à travers les paniers de vêtements que je triais. Je travaillais de 7 h à 23 h, six jours par semaine. Le dimanche, je lavais les vêtements que j’achetais. C’était ma passion. Il y avait un roulement continuel de clients dans la boutique. J’ai vécu cinq mois de gloire et ce matin, je n’ai plus rien », se désole Annick Leclerc.

Pour ne pas que ça lui coûte trop cher au démarrage de son commerce, elle avait assuré sa boutique que pour la responsabilité civile.

« Avec le résultat que maintenant je j’ai plus rien. Je vois encore mes vêtements à travers les ruines du bâtiment qui a été détruit, mais je ne peux plus rien utiliser. C’est difficile de repartir parce que j’avais bâti l’inventaire petit à petit. Je refusais les dons parce que je voulais choisir les vêtements que j’achetais pour ma friperie de luxe. J’avais pris chaque pièce de vêtement en photo pour la vente en ligne », mentionne Annick Leclerc.

Cette dernière signale avoir reçu des messages d’appui et même une offre d’emploi le temps qu’elle puisse redémarrer son commerce. 

« Il va y avoir une suite. Je ne sais pas comment, mais il va y avoir une suite. Ce n’est pas fini parce que c’est toute ma vie; ma passion. J’avais investi beaucoup de moi dans cette boutique », mentionne la femme d’affaires qui compte bien se retrousser les manches.

Comme de nombreux commerçants sinistrés du complexe commercial du 5130 du boulevard Bourque, elle a été avisée en pleine nuit du violent incendie qui a détruit plusieurs commerces.

André Leclerc

Sept commerces touchés

En plus de la boutique Bébémeghan, le bar l’hypertaverne Le Réservoir, la boulangerie artisanale Les fantaisies de Chaud pain, le studio de tatouage Operatorium, la clinique auditive Annie Dumontier, l’entreprise de plats à emporter Les plats de Charlotte et le studio de beauté Glam ont tous été détruits par ce violent incendie.

« Nous avons appris tôt ce matin que notre salon de coiffure avait brûlé. Jamais je ne me serais attendue à ce qu’il ne reste plus rien. C’est tout un choc », expliquait l’une des propriétaires pendant que les pompiers arrosaient encore les décombres.

Le propriétaire du complexe commercial Au pied des tours André Leclerc avait une pensée pour chacun d’eux.

« Certains commerces n’étaient pas assurables. C’est certain que c’est difficile pour eux. Tous les locaux étaient loués et ils fonctionnaient tous bien. Il y a beaucoup de personnes qui se retrouvent sans emploi ce matin » se désole M. Leclerc.

Les pertes lors de cet incendie sont évaluées sommairement à plus d’un million $.

À LIRE AUSSI: Fuites majeures au château d'eau

Le propriétaire du Réservoir Hypertaverne s'impatiente