La Ville de Sherbrooke a répondu aux exigences formulées par la CNESST à la suite des inondations du 1er novembre au garage municipal.

Inondation au garage municipal: la Ville s’est conformée à la CNESST

La Ville de Sherbrooke a répondu aux exigences de la CNESST pour la mise à jour de son plan d’urgence à la suite des inondations du 1er novembre au garage municipal. La Ville convient de ne plus utiliser d’appareil de levage pour évacuer ses employés. Elle utilisera plutôt un véhicule amphibie.

Daniel Chartray, directeur adjoint aux ressources humaines à la Ville de Sherbrooke, explique que les mesures d’urgence seront désormais appliquées si la rivière atteint 19 pieds et qu’elle continue de monter d’au moins 12 pouces à l’heure. « Nous tenterons toujours de faire les évacuations à sec. L’objectif est d’empêcher les gens de rentrer dans le bâtiment en situation d’urgence. »

À LIRE AUSSI: La CNESST somme la Ville d’améliorer ses pratiques

Rappelons que lors des inondations du 1er novembre, des employés avaient dû être évacués à la suite de la montée rapide des eaux. Dans le rapport de la CNESST, dont La Tribune a obtenu copie, on indique que le Plan de mesure d’urgence de la Ville prévoyait l’évacuation des employés à l’aide d’un chargeur muni d’une plateforme si le niveau d’eau est inférieur à 20 pieds. « Un chargeur sur roue est un équipement de terrassement et non un appareil de levage. Le levage de travailleurs doit se faire conformément [au] Règlement sur la santé et la sécurité au travail. »

Une chaloupe d’une capacité de cinq personnes était prévue pour les niveaux d’eau supérieurs à 20 pieds. Le point d’arrivée de la chaloupe au bloc E du garage est un petit balcon. Ce jour-là, le niveau d’eau se situait au-dessus du plancher du balcon. « La procédure en place ne permet pas un accès sécuritaire à la chaloupe. » Une travailleuse était tombée à l’eau.

« Nous utiliserons désormais un véhicule amphibie que nous possédons déjà au Service de protection contre les incendies pour évacuer le garage municipal. Il sera conduit par une personne qui aura reçu une formation adéquate », précise M. Chartray.

Équipement approprié

Le directeur adjoint aux ressources humaines n’était pas en mesure de dire quand avait été réalisé le précédent Plan de mesure d’urgence ni pourquoi le chargeur sur roue semblait à ce moment être un équipement approprié pour déplacer des employés.

Daniel Chartray rapporte que si la situation d’urgence est connue suffisamment à l’avance, des appels automatisés avertiront les employés de ne pas se présenter au travail. Le nouveau plan en vigueur a été transmis à la CNESST jeudi. « Les gens qui ont un rôle à jouer en situation d’urgence sont en cours de formation. Nous en fournirons la liste à la CNESST vendredi. »

À la CNESST, Hélène Bruneau, communicatrice étudiante, confirme que la Ville avait jusqu’au 31 janvier janvier pour déposer son plan. « Le document a été transmis et tout est conforme. »

Rappelons qu’il n’y a plus d’activité au rez-de-chaussée du bâtiment administratif du garage municipal et que ces employés doivent être transférés dans des bureaux de la rue de Courcelette. La Ville a signé un bail de deux ans à raison de 600 000 $ par année.