Les pompiers sont intervenus tard mercredi soir pour éteindre un incendie suspect ayant pris naissance au sous-sol de cet immeuble de la rue Galt Ouest.

Incendie dans l’un des immeubles achetés par la ville sur Galt

Les pompiers de Sherbrooke ont dû intervenir, tard mercredi soir pour un début d’incendie considéré comme suspect sur la rue Galt Ouest.

Le feu avait pris au sous-sol d’un des immeubles à logements achetés par la Ville de Sherbrooke sur la rue Galt Ouest, entre les rues Alexandre et Belvédère Sud. On a signalé une présence de fumée sortant du bâtiment comptant plusieurs logements vers 22 h 10.

À LIRE AUSSI: La démolition sur Galt commencera en octobre

À l’arrivée des pompiers, on a déclenché une deuxième alarme, explique Claude Langlois, chef aux opérations.

« Comme il n’y a plus de locataires sur place depuis le début du mois de juillet, l’immeuble est désaffecté », explique-t-il.

« Nous devons quand même nous assurer qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Tout le monde a déménagé, mais il se peut que des gens puissent y retourner pour prendre des effets laissés sur place lors du déménagement. »

Le travail des sapeurs a été compliqué par le fait que le bâtiment a été barricadé avec du contreplaqué aux portes et aux fenêtres, ajoute M. Langlois.

« Il a fallu deux heures pour maîtriser le feu », dit-il.

On apprenait récemment que la démolition de ces immeubles doit débuter en octobre. Rappelons que la Ville compte élargir la rue Galt Ouest entre les rues Alexandre et Belvédère, en plus d’y ajouter une piste multifonctionnelle. 

Elle en profitera pour agrandir le parc Alfred-Élie-Dufresne et un immeuble comptant environ 70 logements accessibles et abordables devrait être érigé. L’ensemble des travaux immobiliers devrait prendre deux ans. À la mi-juillet, La Tribune a obtenu un premier croquis qui donne un aperçu du projet que souhaite réaliser la Ville.

Pour le moment, la cause de l’incendie n’est pas connue. Toutefois, il se pourrait qu’une intervention humaine soit à l’origine de l’incendie, précise M. Langlois.

On doit aussi considérer le fait que l’immeuble était toujours alimenté en électricité.