La première de trois phases d’un important projet domiciliaire haut de gamme devrait voir le jour d’ici deux ans, le long du trou numéro un du Club de golf Longchamp. Les propriétaires du club, qui sont les promoteurs de ce projet, souhaitent en faire une communauté protégée.
La première de trois phases d’un important projet domiciliaire haut de gamme devrait voir le jour d’ici deux ans, le long du trou numéro un du Club de golf Longchamp. Les propriétaires du club, qui sont les promoteurs de ce projet, souhaitent en faire une communauté protégée.

Important projet domiciliaire haut de gamme au Club de golf Longchamp

SHERBROOKE — Un important projet domiciliaire haut de gamme estimé à près de cinq millions de dollars devrait se réaliser au cours des prochaines années, le long des trous numéro un, cinq et six, du Club de golf Longchamp. Le rêve des copropriétaires Carmand Normand, Marc Viens, et du professionnel Marc-Étienne Bussières, est d’y bâtir une communauté comme on en voit en Floride.

Ce projet, soutenu par les propriétaires du Longchamp, sera divisé en trois phases. La première phase devrait être réalisée d’ici deux ans, confirme Marc Viens.

Carmand Normand et Marc Viens ont acheté le Club de golf Lonchamp, et les 269 acres de terrain qui l’accompagnaient, en 2014. Le golfeur professionnel Marc-Étienne Bussières est également copropriétaire, depuis la semaine dernière.

Avec cet important projet domiciliaire haut de gamme, les propriétaires veulent bâtir une communauté centrée sur le golf, un peu comme on en voit régulièrement en Floride.

« On va garder le 18 trous actuels et le champ de pratique. Ce projet va concrétiser le holding, ça va stabiliser l’investissement qu’on a fait, ça va créer une dynamique incroyable. On veut bâtir une communauté », s’est enthousiasmé Marc Viens.

Vingt-neuf terrains pour la phase un

« La superficie de la première phase sera divisée en 29 terrains, qui vont longer le trou numéro un. C’est du prime land (terrains privilégiés, NDLR), qui seront directement sur le golf. On veut aussi que ce soit une propriété protégée (gated community); il va y avoir un point d’accès seulement, avec une guérite et les propriétaires auront leur télécommande, pour avoir accès au site, et à leur résidence. Comme ça se voit en Floride. Ce sera du haut de gamme, de l’exclusif. Il n’y a aucun projet semblable en Estrie. On veut miser, comme en Floride, sur la sécurité, le confort, et le sentiment d’appartenance aussi. Les propriétaires pourront utiliser leur voiturette de golf pour aller et golf et revenir à la maison. Est-ce qu’on va ajouter un parc et une piscine, par exemple? C’est possible également. Ce serait comme un tout inclus. On a une très bonne collaboration de la Ville de Sherbrooke et on a déjà eu le feu vert des services de l’environnement. On est super contents, on s’en va dans la bonne direction », a poursuivi M. Viens.

Ce dernier croit que cette première phase pourra se réaliser d’ici deux ans.

« C’est l’objectif. Les phases 2 et 3, qui seront réalisées près des trous 5 et 6, seront concrétisées dans les années suivantes. On pense que ça va être un gros hit, que les gens vont apprécier, et que ça va consolider l’offre du golf, car on vise les passionnés de golf, qui seront membres et qui vont vivre ici. »

« Certains promoteurs nous ont approchés, mais pour l’instant, on va piloter le dossier nous-mêmes. Par la suite, on verra. »

Marc-Étienne Bussières est devenu, mardi passé, actionnaire du Club de golf Longchamp.

Marc-Étienne Bussières à Longchamp pour longtemps

Voilà pourquoi Carmand Normand et Marc Viens ont offert à Marc-Étienne Bussières une participation plus importante au Longchamp, en lui proposant de devenir copropriétaire.

« Il a été le meilleur golfeur au Canada lors des quatre dernières années, et il est dans un âge pour consolider ses choses, à 33 ans. Il se plaît beaucoup en Estrie et c’est le meilleur ambassadeur qu’on a eu dans les dernières années pour promouvoir le golf et le club. On se complète bien. »

Le Club de golf de Victoriaville a approché Bussières, récemment, mais le duo Normand-Viens a réagi rapidement.

« Ça fait cinq ans qu’il est avec nous, il représente la région depuis cinq ans, et il a toujours bien représenté le club. C’est un gars qui est apprécié, un des meilleurs enseignants que j’ai rencontré, en plus d’être un excellent joueur de golf, doté d’une très belle personnalité. Carmand et moi, on a décidé de lui offrir une opportunité. On est très content qu’il embarque avec nous », a dit M. Viens.

Un pro comblé

« Comme Marc a ses bottines ici pour un bon bout, j’ai commencé à regarder un peu ailleurs, pour voir qu’elles étaient mes options pour le futur. Ma blonde et moi, on a eu une petite fille, l’hiver dernier, alors je savais que je disputerais moins de tournois, alors je regardais pour une job de pro en titre. J’ai eu des pourparlers avec le Club de golf de Victoriaville, où on m’offrait une job à temps plein, pendant toute l’année. Finalement, quand j’en ai parlé à Marc, lui et Carmand me sont revenus avec une offre, et on est venus à une bonne entente, on a signé ça mardi dernier », a dit le jeune homme originaire de l’Outaouais.

« C’est l’fun, je vais faire encore plus partie du club, et m’y investir davantage. Quand tu es jeune golfeur, tu rêves d’avoir ton propre terrain de golf. C’est assez spécial de voir ça se réaliser, je ne pensais pas y arriver à 33 ans! », a dit le jeune homme, qui a entre autres remporté le Championnat de la PGA du Canada, en 2016.

« Cette année, il n’y aura pas de compétitions pour moi, alors mes tâches seront davantage orientées vers le club, et c’est un peu le plan que j’avais aussi. Avec ma petite fille, je voulais partir moins souvent en tournois, de toute façon », a dit celui qui poursuivra également son association avec le simulateur de jeu Zone Golf In

« J’aime beaucoup la région et je suis content de pouvoir rester ici. »