Quels que soient les travaux envisagés pour élargir la rue Galt Ouest, entre les rues Alexandre et Saint-Antoine, la Ville devra composer avec un goulot d’étranglement.

Il restera toujours un goulot rue Galt Ouest

Quels que soient les travaux envisagés pour élargir la rue Galt Ouest, entre les rues Alexandre et Saint-Antoine, la Ville devra composer avec un goulot d’étranglement à l’angle de la rue Alexandre en raison de la présence d’un pont ferroviaire.

« Nous ferons des travaux seulement passé le viaduc. Il y aura forcément un goulot », confirme Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. Rappelons que la Ville a mis en réserve 13 lots situés du côté nord de la rue Galt Ouest avec l’intention de les acquérir pour élargir la rue, y aménager une piste cyclable et offrir une percée visuelle sur le parc Alfred-Élie-Dufresne.

Lire aussi: La possible démolition sur Galt Ouest inquiète

Des immeubles de la Galt Ouest pourraient être démolis

Pourquoi élargir une portion de la rue alors que le pont ferroviaire ne peut être déplacé? « Le principe c’est de permettre de donner une ouverture sur le parc Alfred-Élie-Dufresne qui est là. C’est de faire une piste cyclable oui, mais d’amener les cyclistes vers le Marché de la gare. Nous avons un lien cyclable qui passe sous la voie ferrée et qui va au Marché de la gare. Il y a aussi un lien cyclable que nous avons fait l’an dernier, qui monte Aberdeen et qui va au Marché de la gare. C’est de relier tous ces éléments ensemble », précise Mme Gravel.

« Le tracé n’est pas complété, prévient-elle. Nous n’avons rien à présenter encore aux élus. C’est en analyse. Ce sera présenté en août aux élus. Après, nous serons capables d’expliquer un peu plus ce que nous voulons faire. »

Caroline Gravel

Mme Gravel admet que le pont ferroviaire constitue un obstacle. « Ce serait beaucoup mieux sans le pont. Ça ferait une ouverture beaucoup plus aérée que ce nous avons en ce moment. Il y aurait toujours quelque chose à faire, mais ce serait aux frais de la Ville et des contribuables, donc ce n’est pas quelque chose que nous envisageons pour le moment. »

Il aurait fallu planifier le projet de la rue Galt Ouest au moment des travaux apportés au pont ferroviaire.

« Les culées ont été refaites dernièrement. Nous sommes un peu coincés pour les 75 prochaines années. »

Les feux de circulation seront mieux gérés dès 2019

Le plan directeur des feux de circulation sherbrookois est terminé. Des actions pourraient être entreprises en 2019.

Le document, dont La Tribune faisait état en avril, vise à synchroniser davantage les feux et éliminer ceux qui ne sont plus essentiels. Il permet du même coup de répertorier tous les feux de circulation sur le territoire de la Ville.

« Le plan directeur est complété. Les équipes techniques sont à rédiger le rapport. Nous devrions  présenter ça aux élus en août ou septembre avec les recommandations qui en émanent », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

« Ce sont des interventions assez complexes. Elles seront probablement réalisées plus en 2019, d’autant que nous n’avions pas les budgets pour cette année. Nous avions les budgets seulement pour faire le plan directeur. Nos équipements sont assez âgés. Les contrôleurs peuvent être à changer. Donc il y a beaucoup de choses à faire à chacun des feux pour réaliser ces interventions. »

Les citoyens seront informés des mesures envisagées lors du dépôt du plan. « Par contre il faut comprendre que nous sommes régis par des lois et normes et nous les respectons lorsque nous faisons nos recommandations. Ce n’est pas laissé au bon vouloir de tout un chacun pour faire les modifications. »