Danny Cournoyer

Il met la vie de son enfant en péril

Un individu qui a mis la vie de son enfant en danger en conduisant son véhicule avec un taux d’alcoolémie supérieur à la limite permise a été condamné à une peine de détention d’une année dans la collectivité.

Danny Cournoyer de Dixville a reconnu la trame factuelle des gestes survenus le 18 juin 2016.

Le véhicule Chevrolet conduit par Cournoyer a fait des tonneaux sur un chemin de terre à Dixville alors qu’un jeune enfant se trouvait dans le véhicule.

En plus de cette peine avec sursis, Danny Cournoyer a été condamné à ne pas conduire pour les trois prochaines années par la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

Me Christian Raymond a insisté pour que Cournoyer puisse conduire son véhicule muni d’un éthylomètre sans délai, mais la juge Fabi a refusé. « Ça fait déjà trois ans que je ne conduis pas mon véhicule », a indiqué Cournoyer avant que la juge détermine qu’il devra attendre encore trois mois avant d’entreprendre les démarches pour conduire un véhicule avec un éthylomètre.

« Je dois tenir compte de vos antécédents judiciaires. Il faut que le message passe clairement. Vous étiez en présence d’un jeune enfant. Par chance, il ne gardera pas de séquelle », a signalé la juge Fabi.

Cournoyer a plaidé coupable aux accusations de conduite d’un véhicule avec un taux d’alcoolémie dépassant la limite permise et d’avoir mis en péril la vie d’un enfant parce qu’un bébé se trouvait dans le siège d’auto lors de l’événement.

Un témoin civil a entendu un véhicule rouler vite dans le chemin puis le bruit d’accident. Le témoin a constaté l’odeur d’alcool.

Ce témoin, qui est venu en aide à l’enfant, a constaté le sang provenant d’une lacération et l’ecchymose au front de la victime.

L’un des policiers a constaté des symptômes d’ébriété concernant Danny Cournoyer.

L’accident est survenu dans une courbe où Cournoyer passait souvent.

Un rapport d’expertise a établi la vitesse à 80 km lors du dérapage dans une zone de 70 km.

Le plus bas des taux d’alcool enregistrés par Cournoyer était de 112 mg d’alcool par 100 ml de sang.

« Le banc où était placé l’enfant avait été mal installé. Les suspensions avant et arrière du véhicule avaient été levées ce qui nuisait à la stabilité. Les freins avant n’étaient pas efficaces à 100 pour cent », a signalé la procureure aux poursuites criminelles, Me Nathalie Robidoux.

Cette dernière a présenté une suggestion commune avec l’avocat de la défense à la suite de longues négociations. La défense a notamment renoncé à présenter une défense basée sur la Charte des droits et libertés qui aurait entraîné un long procès.

« Mon client est un bon père de famille. Il revenait d’un souper de famille et pensait qu’il était correct pour conduire », a expliqué Me Raymond au tribunal.

Cournoyer possédait un antécédent de conduite avec les capacités affaiblies en 2012 et de conduite durant une interdiction.

Une probation d’une année a été imposée à Danny Cournoyer.

Deuxième visite de la SQ chez un revendeur de drogue

Un homme de Richmond a encore une fois eu la visite des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) pour une opération antidrogue.

Jeudi dernier, les agents du poste de la MRC du Val-Saint-François ont démantelé un point de vente de cocaïne situé sur la rue Principale Nord.

Le suspect visé par l’enquête est un homme de 52 ans. Il a été mis en état d’arrestation et une perquisition a été faite sur les lieux. Elle a permis de procéder à la saisie de cocaïne ainsi que plus de 800 $ en argent liquide.

« L’homme arrêté, qui a déjà fait l’objet d’une opération antidrogue en 2018, a comparu le 1er février au palais de justice de Sherbrooke en lien avec cette intervention policière », mentionne Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ en Estrie.

La Sûreté du Québec rappelle que les citoyens peuvent dénoncer en tout temps toute activité illégale via la Centrale d’information criminelle, au 1 800 659-4264. - Claude Plante