Sekendar Hydari

Hydari subira deux procès pour des gestes sexuels

Sekendar Hydari subira après l’été deux procès distincts relativement à des gestes à caractère sexuel dont il est accusé.

Un premier dossier d’une durée d’environ six heures a été fixé au 11 septembre prochain.

À lire aussi; Agressions sexuelles sur six inconnues : il réclame cinq procès

Ce premier procès concerne des gestes à caractère sexuel qui auraient été commis au logement d’une femme qu’il avait déjà rencontrée.

Malgré l’absence de l’accusé, le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a fixé les deux procès, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

L’autre procès durera environ deux jours. Plusieurs témoins civils et policiers doivent être assignés lors de ce procès qui devrait se dérouler les 15 et 16 octobre prochains.

Dans cette seconde affaire, l’homme de 45 ans aurait léché au visage et touché aux fesses cinq victimes alléguées, dont une mineure. Les victimes alléguées dans ces affaires sont toutes des inconnues croisées sur la rue par Hydari.

Certaines victimes alléguées se sont manifestées à la suite de la médiatisation des premiers incidents.

La défense réclamait des procès séparés pour toutes les victimes alléguées étant donné qu’elle craignait la portée d’une preuve de mauvaise réputation qui pourrait être faite. Le tribunal a déterminé que la tenue de deux procès serait la meilleure solution.

On reproche à Hydari des agressions sexuelles survenues entre septembre et décembre 2017 sur six victimes alléguées.

Le suspect de 45 ans avait été arrêté sur la rue King Est, lorsqu’un patrouilleur a fait le lien avec une description d’un homme recherché pour des agressions survenues au cours du mois de novembre.

Hydari s’approchait des personnes en leur demandant l’heure ou une adresse inscrite sur un bout de papier. Il en aurait alors profité pour leur faire des attouchements sexuels et même leur lécher le visage.

Sekandar Hydari ne parle ni français ni anglais, ce qui nécessitera une traduction consécutive.

L’accusé ne possède pas d’antécédent judiciaire.

C’est Me Jessyca Duval de l’aide juridique qui défend l’accusé, alors que Me Marie-Line Ducharme représente le ministère public.

Un dépassement qui coûtera cher à un chauffard de 25 ans

Un chauffard de 25 ans se retrouve dans de beaux draps pour un quatrième épisode de conduite avec les capacités affaiblies à Sherbrooke qui lui coûtera 4200 $ de contraventions en plus d’une accusation criminelle où il risque la prison.

Cette fois, c’est lorsqu’il a doublé un véhicule de patrouille qui entreprenait un virage sur la rue Émile-Zola à partir du boulevard Lionel-Groulx que l’individu a causé sa perte.

« Le véhicule circulait à 90 km/h. Les policiers l’ont pris en chasse. Le suspect a été intercepté à la hauteur de la rue Mézy après être passé sur des feux rouges », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Les symptômes d’ébriété de l’automobiliste ont été constatés par les policiers. Sommé de sortir de son véhicule, le conducteur a résisté à son arrestation.

« Il a échoué aux tests de coordination », mentionne le porte-parole du SPS.

Lors des vérifications d’usage, les policiers ont découvert que l’individu conduisait son véhicule avec un permis restreint. Ajoutez à cela qu’il avait désactivé l’antidémarreur éthylométrique qui avait été installé dans son véhicule.

« Sa voiture a été pour saisie pour 90 jours », précise l’agent Carrier.

Des contraventions ont été remises au conducteur pour avoir omis de s’arrêter à deux feux de circulation, pour le non-respect des conditions d’utilisation de l’antidémarreur éhtylométrique et pour avoir commis des actions mettant la vie des autres en péril sur la route.

Au cours des prochaines semaines, il devra aussi comparaître au tribunal pour un quatrième dossier de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool.