La Ville de Sherbrooke et Hydro-Sherbrooke ne comptent pas faire de représentations pour influencer la prochaine hausse des tarifs d'Hydro-Québec. Ils font confiance à la Régie de l'énergie pour limiter cette hausse au minimum.

Hausse des tarifs : la Ville s'en remet à la Régie de l'énergie

La Ville de Sherbrooke et Hydro-Sherbrooke ne comptent pas faire de représentations pour influencer la prochaine hausse des tarifs d'Hydro-Québec. Ils font confiance à la Régie de l'énergie pour limiter cette hausse au minimum.
Hydro-Québec a demandé à la Régie de l'énergie, au début du mois, la permission de hausser ses tarifs de 1,1 %. Même si la Société d'État a perçu 1,4 G$ en surplus depuis 2008, ce qui avait soulevé le mécontentement à Hydro-Sherbrooke, le conseiller Julien Lachance s'en remet à la Régie de l'énergie pour prendre la bonne décision.
« Nous n'intervenons pas dans ces choses-là. C'est à la Régie d'établir l'équité. Hydro-Québec demande peu et on peut penser que c'est lié à la surfacturation dans le passé. Quand les tarifs augmentent, nous appliquons la même augmentation à Sherbrooke pour éviter une inéquité entre les différents citoyens. Ça me surprendrait que la hausse soit plus élevée que la demande d'Hydro-Québec », dit M. Lachance, président d'Hydro-Sherbrooke.
Le maire Bernard Sévigny abonde dans le même sens. « Normalement, il y a des audiences possibles à la Régie, mais nous ne plaidons jamais contre les hausses de tarif d'Hydro-Québec. Le poids des réseaux municipaux dans ce domaine est bien faible. Nous n'aurions pas vraiment d'influence. Le plus gros impact, c'est que nous avons une décision à prendre sur ce que nous prévoyons en ce sens dans le prochain budget, en décembre, alors que la hausse sera effective à la fin mars. Devons-nous provisionner 1,1 % ou plus? »