La Grande Guignolée des médias a eu lieu le 8 décembre dernier.

Guignolée des médias: les nouvelles contraintes ont eu peu d'effet

Malgré les nouvelles contraintes imposées à Sherbrooke lors de la collecte du 8 décembre dernier, les dons faits durant la Grande guignolée des médias ont permis d'amasser 65 000 $.
Les sommes ont été remises comme promis à Moisson Estrie et à la Fondation Rock-Guertin. Mardi matin, une remise officielle a eu lieu, mais on a pris soin de préciser qu'il s'agit d'un montant provisoire puis qu'il est toujours possible de donner jusqu'au 24 décembre.
Rappelons que les gens des médias n'étaient pas postés aux mêmes endroits cette année à Sherbrooke, car on a dû respecter une nouvelle règlementation sur la sollicitation en bordure de rue. Malgré ces normes plus strictes, on a récolté à Sherbrooke sensiblement le même montant que l'an dernier (67 000 $), assurent les organisateurs.
Au cours des 15 premières années précédentes, la collecte de fonds bien connue se faisait dans l'illégalité. Ainsi, cette année, il n'était pas possible de faire un don au coin de la rue King Ouest et du boulevard Jacques-Cartier, un secteur fort achalandé.
On a donc revu les points de collecte pour une question de sécurité.
Au total pour la grande région des Cantons-de-l'Est et celle du Centre-du-Québec, on obtient un total de 173 000 $. C'est beaucoup plus que les 164 000 $ de l'an dernier. Outre Sherbrooke, c'est à Victoriaville qu'on a massé le plus d'argent, soit 42 000$.
Viennent ensuite Drummondville avec 24 000 $ et Coaticook, où on a récolté 22 000$.