Plus de 700 personnes ont monté à plusieurs reprises la côte de la rue Don Bosco pour amasser de l’argent pour différents organismes dimanche à Sherbrooke.

Gravir le mont Everest... à Sherbrooke [PHOTOS]

Plus de 700 personnes ont bravé la côte de la rue Don Bosco dimanche à Sherbrooke pour la première édition du Défi Everest. Les équipes participantes ont gravi l’équivalent de la plus haute montagne de la planète pour amasser de l’argent pour des organismes de la région.

Chaque équipe devait monter la côte 200 fois, ce qui correspond aux 8848 mètres de dénivelé du sommet de la terre.

« Certaines équipes comptent juste trois membres donc c’est près de 70 montées pour chacun des membres, indique Éric Malenfant, coordonnateur du Défi Everest de Sherbrooke. Ça dépend de ta forme. Ma mère de 76 ans est venue, elle a fait cinq montées, mais elle continue et avec la vague qui t’emporte, tu en fais deux ou trois de plus. » 

Le Défi Everest existe depuis sept ans, mais c’est la première fois que l’événement a lieu à Sherbrooke. Des gens de tout âge grimpaient la côte dimanche. Réjean Lebeau était accompagné de ses petits-enfants et amassait de l’argent pour l’école primaire de Bromptomville.

« C’est stimulant, car tout le monde travaille pour la même chose, explique-t-il. C’est le fun et les gens sont de bonne humeur. »

Manon Paquette suait à grosses gouttes pour aider les étudiants en difficultés via la Fondation du Centre Saint-Michel.

« C’est intéressant parce qu’on bouge, ce n’est pas comme vendre du chocolat, lance-t-elle. J’aime l’énergie qu’il y a ici. »

Camille Gauthier-Boudreault se dépassait quant à elle pour la Maison Caméléon de l’Estrie qui offre des services de répit et d’activité de jour aux personnes avec une déficience intellectuelle.

« On est une équipe de 12 et il y a même une personne avec une déficience intellectuelle qui est bénévole aujourd’hui, mentionne-t-elle. C’est une initiative de grande envergure pour nous. Les usagers nous en parlaient cette semaine, ils nous demandaient si on allait courir tout le mont Everest! Ils étaient emballés qu’on fasse ça avec eux. »

Guylaine Lemelin était la capitaine d’une équipe de neuf marcheuses qui amassaient de l’argent pour le Regroupement des aidantes et aidants naturels de Sherbrooke.

« On est dans le top 10 des plus lentes de la gang, mais on est fières parce qu’on est ici, lance-t-elle. On pourrait être chez nous. C’est une collègue qui m’en a parlé et je me suis rendu compte que je ne marchais même plus. Donc tant qu’à marcher je me suis dit que j’allais faire le Défi Everest. »

En date de dimanche en fin d’avant-midi, l’événement avait permis d’amasser un peu plus de 97 000 $ qui seront remis à 35 organismes de la région.

Le premier Défi Everest à Sherbrooke n’était même pas terminé que M. Malenfant confirmait déjà la tenue d’une seconde édition.

« L’an prochain, on va avoir 1000 personnes dans la côte, j’en suis sûr. Les inscriptions commencent la semaine prochaine ou la suivante pour le 4 octobre l’année prochaine. Ce sera encore le dimanche qui précède l’Action de grâce.

Le Défi Everest est né à Rivière-du-Loup en 2013, dans la fameuse côte Saint-Pierre, d’une initiative d’Yvan L’Heureux. En six ans, plus de 6000 grimpeurs de 3 à 85 ans de partout au Québec ont participé et plus de 750 000 $ ont été redistribués à 231 organismes.

Plus de 700 personnes ont monté à plusieurs reprises la côte de la rue Don Bosco pour amasser de l’argent pour différents organismes dimanche à Sherbrooke.