Il faut prévoir environ une semaine de travaux encore sur la rue Meadow.

Grandes-Fourches ouvrira d’ici deux semaines

Les travaux routiers achèvent dans le secteur de la rue des Grandes-Fourches et de la rue Meadow, mais il faudra attendre environ deux semaines supplémentaires avant que le transit habituel puisse reprendre normalement.

« Nous continuons les travaux de préparation sur la rue des Grandes-Fourches Nord. Les travaux vont bien. Nous prévoyons rouvrir d’ici deux semaines. Par contre, dès qu’une première couche de pavage sera faite, il se pourrait qu’on ouvre plus rapidement », laisse entendre Jean-Pierre Fortier, chef de la division gestion des eaux et construction à la Ville de Sherbrooke.

Sur Meadow, la réouverture complète pourrait être un peu plus rapide. « Bell va rentrer sur Meadow pour faire les travaux connexes prévus. On continue de faire la mise en place. Des trottoirs se feront cette semaine. Nous devrions procéder au pavage d’ici le 15 novembre, ce qui complétera la saison des travaux dans ces environs. Pour les travaux de Bell, qui pourraient durer quatre ou cinq jours, il pourrait y avoir certaines entraves, donc une alternance de la circulation sur la rue Wellington Nord avec un feu de circulation. »

Les travaux de pavage annoncés plus tôt en octobre sur la rue King Est seront quant à eux retardés. M. Fortier utilise le mot « tablettés ». « L’équipe d’ingénierie a priorisé d’autres travaux. C’est malheureux d’avoir annoncé cette nouvelle parce que ce n’est pas certain que ça se fera cette année. Avec les différents contractuels qui ont d’autres contrats ailleurs, nous essayons de finaliser notre saison comme il faut. Les nouveaux projets vont être tablettés peut-être jusqu’à l’an prochain. Si on a le temps, on va le faire. »

Par ailleurs, trois chantiers de moindre envergure commenceront cette semaine et dureront environ une semaine. Il s’agit de la réfection d’équipements d’aqueduc aux intersections Galt Est et Lavigerie, de même que Lavigerie et Walsh. L’autre chantier sera situé sur la rue Bowen Sud, entre le boulevard Lavigerie et la rue Aubry.

Eau potable

Dans un autre ordre d’idées, Jean-Pierre Fortier ne pouvait toujours pas dévoiler la source de la possible contamination à la bactérie E. Coli décelée dans un contrôle quotidien de la qualité de l’eau à l’usine J.-M.-Jeanson le 20 septembre dernier. Un avis d’ébullition avait été en vigueur pendant 48 h de manière préventive.

« La rencontre avec la direction générale ne s’est pas encore faite. On est en train de la planifier. Je réserve mes commentaires pour la direction générale à ce moment-ci, mais nous avons réduit le nombre d’hypothèses plausibles pour expliquer la contamination de l’échantillon. Dans la division de gestion des eaux et construction, c’était la priorité. Je vous assure que des choses ont déjà été faites pour prévenir ce genre d’événement. Il nous reste à présenter nos conclusions à la direction générale. Nous aurons une réunion très prochainement. Elle n’a pas eu lieu parce que nous sommes dans les budgets présentement. Le travail a été fait quand même dans la division. La population peut être rassurée. »