En 2018, Hydro-Sherbrooke a versé 25,1 millions à la Ville de Sherbrooke.

Gel des tarifs : 500 000 $ en moins pour Hydro-Sherbrooke en 2020

Le gel des tarifs sur l’électricité imposé à Hydro-Québec par le projet de loi 34 déposé la semaine dernière aura un impact important sur Hydro-Sherbrooke. C’est environ 500 000 $ dont pourrait devoir se passer l’organisme municipal selon le conseiller Julien Lachance.

« Historiquement, on a toujours suivi le tarif d’Hydro-Québec, donc s’ils gèlent leur tarif ça gèle le nôtre, indique le conseiller qui est président du Conseil de direction d’Hydro-Sherbrooke. On peut aller plus bas que le tarif d’Hydro-Québec, mais pas plus haut. On suit toujours le tarif québécois parce que ça a du sens, mais aussi par souci d’équité, car on a des citoyens qui sont avec Hydro-Québec et d’autres avec Hydro-Sherbrooke. Un citoyen et son voisin ne payeraient pas le même taux pour l’électricité, c’est bizarre. »

En 2018, Hydro-Sherbrooke a versé 25,1 millions à la Ville de Sherbrooke après avoir remboursé Hydro-Québec et payé sa dette et ses employés. Cette somme pourrait être amputée en 2020 d’un demi-million de dollars.

« Selon mes calculs, pour l’année prochaine si on n’a pas, comme cette année, un 0,9 % d’augmentation, ça fait à peu près une différence de 500 000 $ de surplus à la fin pour Hydro-Sherbrooke, admet M. Lachance. C’est appréciable. Nos dépenses continuent à augmenter, on augmente les salaires et nos revenus ne rapporteront pas plus. »

Le projet de loi prévoit aussi de fixer les tarifs selon le taux d’inflation pour les années 2021-2024.

À terme, le propriétaire d’une maison unifamiliale pourrait réaliser une économie de 215 $ sur cinq ans, selon la projection du gouvernement. De un, il recevra une remise en 2020 de 60 $, mais pour les années suivantes, il réaliserait une économie estimée à 155 $ si l’on tient compte de l’impact du gel sur les tarifs.

Hydro-Sherbrooke est toutefois encore dans le néant concernant la modalité de la remise de 60 $ à ses clients.

« Pour Hydro-Québec c’est assez simple, mais de notre côté on ne sait pas quelle forme ça va prendre, résume le conseiller du district de Saint-Élie. Parce qu’on remet 70 % en moyenne de ce qu’on perçoit à Hydro-Québec parce que c’est eux qui fournissent la majorité de notre électricité. Est-ce qu’on devra en assumer une partie ? Peut-être. On attend de voir. »

Rappelons que la Coalition avenir Québec (CAQ) avait calculé qu’entre 2008 et 2016, les Québécois avaient payé 1,5 milliard de plus que ce qu’ils auraient dû sur leur facture d’électricité. Avec La Presse canadienne