François Rebello

Garneau n’a pas le dossier du train de passagers

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, n’a pas reçu le dossier du projet de train de passagers entre Montréal et Sherbrooke. Le président de la Fondation Train de nuit, François Rebello, avait pourtant affirmé le contraire mercredi.

C’est que la députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, se disait prête à défendre le projet de train de passagers entre Montréal et Sherbrooke, mais elle rapportait qu’aucun dossier ne lui avait été présenté jusqu’à maintenant.

À lire aussi: Bibeau attend toujours un dossier sur le train de passagers

« Le service de trains passagers au Canada est fourni par VIA Rail, souligne Marc Garneau. S’il y avait un projet de service de train entre Sherbrooke et Montréal, c’est eux qui en seraient responsables. Moi je n’ai pas vu de dossier, mais s’il a été envoyé à Transports Canada, il a probablement été acheminé à VIA Rail ».

« Si VIA Rail reçoit une demande de service entre un endroit et un autre, c’est eux qui doivent examiner et décider si c’est rentable et combien de passagers il y aurait. Le gouvernement fédéral subventionne déjà VIA Rail pour à peu près 400 millions de $ par année. Ils ont la responsabilité de minimiser l’argent des contribuables. Chaque personne qui prend le train au Canada est subventionnée en partie. »

«Surpris»

Pierre-Luc Dusseault, député de Sherbrooke, n’en revient pas que la ministre Bibeau ait affirmé qu’elle n’avait pas de dossier démontrant la mobilisation du milieu. « Je suis vraiment surpris qu’elle ne voie pas qu’il y a de la mobilisation dans le dossier du train. Elle a vraiment une attitude d’attentisme. Elle attend que les gens viennent à elle pour faire les choses alors qu’il faudrait plus de leadership pour faire cheminer le projet. Ça fait trois ans qu’il y a de la mobilisation. Il y a un projet et un montage financier », dit le député.

« Je peux comprendre qu’elle n’ait pas le dossier sur son bureau. Je ne sais pas si on doit lui prendre la main pour tourner les pages du dossier. Elle démontre peut-être son attitude dans d’autres dossiers aussi. Son collègue Denis Paradis a pourtant fait preuve de leadership. Il a rencontré les intervenants du milieu. Le ministre Garneau aussi. C’est de se fermer les yeux que de ne pas voir la mobilisation. C’est peut-être parce qu’elle n’a participé à aucune activité liée au train. »

Pierre-Luc Dusseault affirme avoir fait une promenade à bord de l’Orford Express en compagnie de représentants de différentes organisations économiques qui s’intéressaient au projet de train de passagers. « Peut-être doit-elle remettre en question sa propre opinion du dossier. C’est comme pour l’aéroport de Sherbrooke, qu’elle qualifiait de dossier prioritaire. Après trois ans, ses dossiers prioritaires n’ont pas avancé et ont même reculé. Peut-être fait-elle preuve de prudence quand elle parle du train pour ne pas avoir à s’expliquer ou parce qu’elle sait qu’elle n’est pas en mesure de livrer la marchandise. »