Luc Saint-Cyr, vétéran des Forces armées canadiennes, s’entraîne plusieurs fois par semaine avec son épouse Colette Galipeau. M. Saint-Cyr a eu une carrière de 24 ans dans la force régulière de l’armée canadienne.

Frères d'armes même retraités

Les vétérans des Forces armées canadiennes (FAC) vivent régulièrement dans l’isolement. Pas facile de parler de ses blessures de guerre (physiques et surtout mentales) à quelqu’un qui n’est pas passé par le même chemin. Résultat, plusieurs s’isolent. S’emmurent dans leur salon. Perdent la forme peu à peu. Et vont parfois jusqu’à s’enfoncer dans la dépression. C’est pour mettre fin à cette spirale infernale que Jean Noël a eu l’idée de lancer un projet-pilote qui, six mois plus tard, fait ses preuves et apporte des résultats tangibles : offrir aux vétérans de venir s’entraîner ensemble dans un club de sport trois fois par semaine.

« Quand on était dans l’armée, on était habitués de travailler dans un esprit d’équipe, de cohésion, de camaraderie. Quand on quitte l’armée, on devient beaucoup plus isolés », explique Jean Noël, qui a lui-même travaillé 32 ans pour la Force régulière et a participé à quatre missions à l’étranger.

À titre de pair aidant, Jean Noël a plusieurs fois aidé ses frères d’armes à sortir de leur détresse ou encore, à se démêler dans les nombreux formulaires à remplir à leur sortie des FAC. Il constatait toutefois que les militaires, autrefois en bonne forme physique, bougeaient peu. Voire plus du tout.

Il s’est donc organisé pour trouver du financement pour convier les militaires à venir s’entraîner en groupe les lundis, mercredis et vendredis — gratuitement, avec leurs conjoints s’ils le désirent. Et ça fonctionne!

En effet, les résultats se font déjà sentir. Il y a des kilos perdus bien sûr, mais il y a aussi un impact direct sur les piluliers de ces militaires retraités.

« On a plusieurs belles histoires jusqu’ici. Il y a des médicaments antidépresseurs et des médicaments pour les douleurs chroniques qui commencent à être réduits chez certains des participants », se réjouit Jean Noël.

Lui-même a perdu un peu plus de 10 kilos (25 livres). Deux pilules ont disparu de sa pharmacie. Jean Noël rayonne.

« Je ne suis pas un docteur, ni un psychologue, ni un gourou. Je suis un ancien militaire qui se veut rassembleur. Mon premier but en organisant cette activité, c’était de sortir de la maison et de la solitude ceux qui ont vécu des choses horribles pendant leurs missions », raconte-t-il.

Certains se pointent au Maxi-Club avec le moral un peu plus bas certaines journées. Aussitôt, ses camarades réagissent. « On a comme un sixième sens. Quand un des participants va moins bien, on peut l’épauler, l’encourager. On se comprend », image-t-il.

Une quarantaine de vétérans se sont inscrits au projet pour l’instant. Une trentaine d’entre eux participent régulièrement et se pointent jusqu’à trois fois par semaine au club de sport.

« Notre vétéran du groupe a 88 ans, mais la plupart sont dans la mi-quarantaine, la cinquantaine... Nous sommes la nouvelle génération de vétérans », précise Jean Noël.

Guy Deschamps fait partie de ces vétérans qui aiment bien se pointer au club de sport en même temps que ses camarades. Il a fait une carrière de 25 ans dans la force régulière et a fait cinq missions en Bosnie et à Chypre.

« Je viens environ trois fois par semaine pour m’entraîner. Il y a des impacts sur ma santé : on se régénère! Il y a des muscles qu’on pensait disparus, mais qui, non, sont bel et bien là! » assure M. Deschamps.
en quête de financement

Le projet rayonne autant que ses participants. Il s’est rendu sur le bureau du ministre des Anciens combattants à Ottawa. Jean Noël a reçu des demandes d’informations de groupes de vétérans d’un peu partout au Canada, jusqu’en Colombie-Britannique, qui voudraient reprendre la formule dans leur coin de pays.

« Mon objectif ultime, c’est que tous les vétérans du pays, où qu’ils soient, aient accès gratuitement à un gymnase aussitôt qu’ils sortent des FAC », lance Jean Noël.

Pour plus d’information, il est possible de contacter M. Noël en lui écrivant à jeanssbso@hotmail.com. L’activité s’adresse aux retraités des FC et de la Gendarmerie royale du Canada ainsi qu’à leurs conjoints.