Fin du lock-out à l'Hôtel Le Président

Le conflit de travail à l'Hôtel Le Président de Sherbrooke est terminé. Le lock-out prendra fin mercredi, annonce le syndicat.
Les quelque 30 travailleurs de la Section locale 1791 du syndicat des Teamsters ont ratifié l'entente de principe intervenue en fin d'après-midi lundi dans une proportion de 60 pour cent.
Outre des augmentations de salaire de 15,5 % pour la durée du contrat de cinq ans, les jours de maladie et les vacances ont été bonifiés. Plusieurs clauses normatives ont été améliorées également, précise-t-on.
Le lockout et la fermeture des cuisines ont laissé des traces chez les syndiqués.
 « Je tiens à féliciter le comité de négociations, ainsi que les membres pour leur courage et leur dévouement durant le conflit, a tenu à dire le permanent syndical responsable du dossier, Michel Richard, dans un communiqué diffusé mardi matin.
«Ils ont tenu le coup et je suis très fier d'eux. »
 
Briseurs de grève
Les soupçons du syndicat se sont avérés fondés, ajoute-t-on. «L'enquête du ministère du Travail a déterminé que deux briseurs de grève ont oeuvré dans l'établissement pendant le conflit», affirment les Teamsters dans le communiqué.
«Par conséquent, le ministère pourrait imposer des amendes à l'Hôtel Le Président.»
Rappelons que la direction de l'hôtel avait mis ses 30 salariés en lock-out le 11 juillet.