Environ 1200 adolescents, garçons et filles, ont besoin d’une famille d’accueil annuellement sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS afin de les aider à cheminer.

Familles d’accueil pour ados recherchées

La banque de familles d’accueil prête à accueillir des adolescents de 12 à 18 ans est pratiquement à sec en Estrie. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS veut recruter de nombreuses familles. « Présentement, nous avons 841 jeunes placés dans 431 résidences. Nous n’avons pas d’enfants en attente, mais nous n’avons pas de plans B ni de plan C si certains placements ne fonctionnent pas. La situation est fragile », soutient Saunia Caron, chef de service au Service ressources du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Il a toujours été plus difficile de trouver des postulants prêts à accueillir des enfants plus âgés. Pourtant, les 12 à 18 ans ont eux aussi de grands besoins et doivent vivre dans un milieu stable, sécurisant et chaleureux pour se préparer à la vie adulte en toute confiance », ajoute Mme Caron.

Lisez le témoignage d'une famille qui offre un toit à cinq enfants de la DPJ.


Environ 1200 adolescents, garçons et filles, ont besoin d’une famille d’accueil annuellement sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie-CHUS afin de les aider à cheminer.

Les besoins sont si grands cette année que le CIUSSS de l’Estrie-CHUS organise deux rencontres d’information, les 13 et 14 mars, pour les personnes intéressées à devenir des familles d’accueil afin de recevoir des garçons et des filles âgés entre 12 et 18 ans.

« Devenir famille d’accueil est le plus beau travail du monde, mais c’est un travail très intense. Il ne faut pas avoir de lunettes roses en partant », soutient Vickie Côté-Bérard.

Les familles ainsi que les personnes seules recherchées doivent être prêtes à accueillir un ou des adolescents à moyen et long terme, c’est-à-dire pour des séjours de six mois et plus.

« Les postulants doivent se sentir énergiques, outillés et d’attaque pour accompagner des adolescents vers l’autonomie, parce que la plupart d’entre eux vivent de grandes difficultés d’adaptation », explique Saunia Caron.

Au départ bien entendu, les nouvelles familles d’accueil ne reçoivent qu’un enfant. Pour les enfants de 12 à 18 ans, les gens peuvent continuer de travailler à l’extérieur.

« Mais il faut être disponible. Il arrive que l’enfant soit expulsé de l’école. Il faut pouvoir être là pour lui », explique Vickie Côté-Bérard.

Le couple de Vickie Côté-Bérard et de Jean Clavelle travaille à temps plein à prendre soin de ces jeunes. Jean est intervenant en toxicomanie, Vickie est infirmière. Mais c’est auprès de leurs huit enfants qu’ils ont choisi de travailler et de s’investir sur les cinq adolescents qui leur sont confiés.

Comme première étape de leur démarche, les couples et les personnes seules intéressés, hétérosexuels ou homosexuels, doivent s’inscrire à l’une des rencontres d’information qui se tiendront le 13 mars à Granby et le 14 mars à Sherbrooke en composant le 819 822-2728 ou 1 800 463-5769, poste 52331.

« Cette rencontre est essentielle, car elle contient beaucoup d’informations. On dit les vraies choses aux postulants », assure Mme Caron.