De nouvelles mesures devraient être mises en place pour réduire le bruit entre les installations de l’entreprise Fabridor et les résidences situées à l’arrière, sur la rue Yamaska.

Fabridor : la Ville érigera un écran coupe-son

Une solution temporaire pour régler les problèmes du bruit produit par l’entreprise Fabridor, située sur la rue Robitaille, est en voie d’être mise en place. Un écran coupe-son devrait être installé dans les prochaines semaines pour éliminer les effets fâcheux pour les résidents de la rue Yamaska.

La citoyenne Hélène Lemire avait dénoncé la lenteur de la Ville pour la mise en place d’actions concrètes dans ce dossier. Elle s’était présentée au conseil municipal le 2 juillet. Une réunion avec la Ville et un représentant du propriétaire était prévue mardi. Des représentants de Sherbrooke Innopole et de la conseillère Évelyne Beaudin y étaient également.

À la Ville de Sherbrooke, on rapporte que la rencontre s’est bien passée et que des mesures temporaires ont été évaluées. Il reste à déterminer le type d’écran qui pourrait être installé pour réduire le bruit. Une décision devrait être prise d’ici la fin du mois pour une installation cet été. 

Hélène Lemire se dit satisfaite des démarches entreprises. « On m’a présenté les résultats de l’étude de bruit qui avait été réalisée dans le secteur entre le 18 septembre et le 16 octobre l’an dernier. On y dénote que le plus gros des activités se déroule entre 6 h du matin et 18 h et que 50 % du bruit enregistré vient de sources externes, comme des voisins qui passent la tondeuse ou le chant des oiseaux. Ils ont compilé plus de 2400 extraits sonores et de toute évidence, certains bruits de la compagnie ne sont pas que des bruits ambiants. »

La citoyenne rapporte que Fabridor a cessé ses activités la nuit sur la rue Robitaille et que 30 % de ses activités ont été déplacées sur un autre site. L’entreprise aurait aussi demandé à ses sous-traitants d’éviter toute livraison avant 9 h et après 15 h 

« La Ville va tenter de mettre une zone tampon, mais elle est à la recherche des meilleures options pour couper le bruit. Nous serons consultés pour l’aménagement. C’est une solution temporaire. Ils regardent pour autre chose pour le long terme. »

Hélène Lemire se dit très optimiste après cette rencontre. « C’est maintenant que ça bouge le plus. Je vois une volonté très sincère de régler le problème. Ça m’encourage. On m’a dit que des mesures seraient prises à très court terme. Je suis aussi encouragée de voir que les prises de son sont fidèles au portrait que nous avions dressé. »

En ce qui concerne Fabridor, on confirme qu’une rencontre s’est tenue mardi. L’entreprise préfère toutefois ne pas commenter pour le moment.