Jesus Mosquera, président de l’association Colombiestrie, espère pouvoir aider la famille à assumer les frais d’avocats.

Expulsion des Cardona: la communauté colombienne découragée

Sherbrooke — La communauté colombienne de Sherbrooke s’explique mal la décision du gouvernement canadien d’expulser quatre membres, dont deux enfants, de la famille Cardona qui sont établis à Sherbrooke depuis deux ans. Patricia Cardona, sa fille Estefania et les deux enfants de cette dernière, Didier et Alison devront quitter le pays le 4 août si rien ne change dans leur dossier puisque leur demande de réfugié a été refusée il y a trois mois.

« Nous sommes unis dans la tristesse, indique Jesus Mosquera, président de l’association Colombiestrie qui regroupe les membres de la communauté colombienne. Le gouvernement de notre pays n’est pas intéressé pour l’instant à faire la paix. Je ne pense pas que ce soit idéal que la famille soit expulsée du Canada. Je suis découragé. C’est une famille qui s’impliquait dans le travail et les études. On espère qu’elle reste à Sherbrooke. »

À LIRE AUSSI: Famille sherbrookoise menacée d’expulsion : l’intégrité de l’immigration doit être assurée, dit Bibeau

« Ils se sont intégrés rapidement et facilement et ça me fait de la peine que le gouvernement prenne cette décision, surtout pour les deux enfants qui ont la chance de grandir dans un pays où il y a la paix et des opportunités, souligne pour sa part Gina Carrasquilla, qui est bien impliquée dans la communauté colombienne à Sherbrooke. Je veux supplier le gouvernement de changer la décision d’expulser une famille déjà bien intégrée et bien aimée dans la communauté et par les Sherbrookois. Ils sont utiles à la société. »

« En théorie la paix est signée, mais c’est que la guerre, la guerre et des morts et des morts, ajoute Mme Carrasquilla. La Colombie ce n’est pas le meilleur pays pour voir grandir ses enfants. Ils voient de la violence. Je remercie toujours Dieu de m’avoir amenée au Canada, surtout dans une ville comme Sherbrooke, qui est comme le ciel. »

Du soutien pour la famille

La communauté latino-américaine de l’Estrie tiendra une vigile devant le palais de justice de Sherbrooke, vendredi à 18 h, en guise de soutien à la famille Cardona. 

« Tout le monde sera présent pour crier au gouvernement du Canada que c’est mieux que la famille reste ici, explique M. Mosquera, qui était impliqué en politique lorsqu’il vivait en Colombie. Ils sont dans la tristesse de retourner dans un pays qui n’offre aucune opportunité. Nous sommes découragés. Peut-être que si on pouvait parler directement au ministre de l’Immigration ou même au premier ministre, les choses changeraient. Le gouvernement de Colombie est corrompu. J’y suis allé au mois de mars et j’ai vu une situation tellement difficile. Il n’y a pas d’emploi et la guerre est continuelle. J’ai vu la misère. »

La communauté colombienne a été affectée par cette histoire, selon M. Mosquera, qui estime à 2000 le nombre de Colombiens à Sherbrooke. Les messages de support ont été nombreux envers la famille Cordona et il espère pouvoir aider celle-ci à assumer les frais d’avocats.


Gina Carrasquilla.