Le centre de distribution de Wiptec à Sherbrooke tourne à plein régime alors de la demande des de produits achetés en ligne explose.

Explosion des commandes en ligne chez Wiptec

Le rythme s’est encore accéléré depuis quelques jours dans les installations de la compagnie Wiptec de Sherbrooke. Le volume des ventes en ligne a explosé et se répercute chez cette entreprise de préparation de colis.

« L’augmentation du volume est exponentielle, dépassant les 700 % », mentionne le patron Martin Ball. 

« Si la tendance se maintient, l’augmentation dépassera les 1000 % d’ici peu. »

À LIRE AUSSI: Fermetures temporaires chez de grandes chaînes de magasins

La folie a débuté vendredi et samedi dernier. Les gens se tournent vers la souris au lieu de se rendre dans les centres commerciaux afin d’éviter d’être infecté par le coronavirus, ajoute M, Ball. 

On a dû réaffecter du personnel en fonction des hausses des volumes, dit-il. « Le personnel des commandes pour les magasins, qui ont vraiment chuté, a été déplacé vers celles faites en ligne qui ont connu tout de suite des hausses de 400 à 500 pour cent. »

« Ça se remarque aussi ailleurs. Amazon connaît le même phénomène d’augmentation de la demande en ligne. C’est fou. Imaginez si nous avions dans nos commandes des produits sanitaires, ça serait encore pire… »

« En mode embauches »

L’entreprise du parc industriel de Sherbrooke n’a pas encore eu à procéder à des embauches, mais la situation a évolué au cours de la journée de mercredi. « On se met en mode embauches pour faire face à la demande, réagit l’homme d’affaires. On cherche de 50 à 60 nouveaux employés. »

« Nous avons pris des mesures de protection et d’hygiène pour nos employés très rapidement. Il doit y avoir divulgation de voyages et de problèmes respiratoires. Les camionneurs ne peuvent entrer dans nos installations. Les visites sont interdites. »

On recherche des candidats journaliers pour travailler sur un horaire de 40 heures par semaines, du lundi au vendredi, ou encore à temps partiel, les samedis et dimanches.

Ce n’est pas d’hier que Martin Ball prêche que les ventes en ligne allaient exploser et que le Québec a du retard à rattraper dans ce domaine. La présente crise pourrait-elle donner le coup d’envoi d’une véritable révolution dans les habitudes d’achat des Québécois?

« Ça reste à voir, répond-il. Nous sommes au début de la crise. C’est difficile de se prononcer à ce stade-ci. »

« Est-ce que les gens vont continuer à avoir peur d’aller dans les centres commerciaux même lorsque la crise sera terminée? »

Au cours des derniers jours, de certaines grandes chaînes de magasins ont fermé plusieurs points de vente physique pour une période indéterminée. C’est notamment le cas de géants de la vente au détail comme La Baie, Simons, IKEA, L’Oréal Canada et Reitmans. On se tourne dans plusieurs cas vers le commerce électronique.