Étienne Lavoie
Étienne Lavoie

Étienne Lavoie : la plaignante témoignera lors de l'enquête préliminaire

Étienne Lavoie subira son enquête préliminaire relativement à la sixième victime qu’il aurait agressée sexuellement.

La plaignante viendra témoigner lors de cette étape des procédures prévue pour une journée au début de l’automne.

À LIRE AUSSI: Les discussions se poursuivent dans le dossier d’Étienne Lavoie

Les discussions se poursuivent depuis plusieurs mois dans le dossier de l’ex-psychologue accusé de gestes sexuels sur cinq autres victimes alléguées.

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a confirmé, lundi, que l’enquête préliminaire se déroulera le 2 octobre. Le témoignage de la plaignante se déroulera de façon virtuelle.

« Nous avons pris position dans le dossier le plus récent. Nous souhaitons cependant poursuivre les discussions dans les autres dossiers », explique Me Laperle.

L’avocat de la défense Me Jasmin Laperle et la procureure aux poursuites criminelles Me Laila Belgharras discuteront de la suite des choses dans les cinq autres dossiers au cours des prochaines semaines.

La poursuite avait mentionné en novembre 2019 avoir transmis une offre globale de règlement par un plaidoyer de culpabilité à Étienne Lavoie.

L’individu de 48 ans de Sainte-Catherine-de-Hatley est accusé de proxénétisme, d’agression sexuelle, d’agression sexuelle armée, de trafic de stupéfiants, d’avoir obtenu des avantages matériels provenant de services sexuels, d’avoir fait de la publicité de services sexuels, de distribution d’images intimes sans consentement, de menaces de mort et de voies de fait.

Lavoie attend la suite des procédures derrière les barreaux depuis février 2019.

Détenu à Sorel pendant un certain temps pour poursuivre son cheminement dans un programme de désintoxication, Lavoie est de retour au Centre de détention de Sherbrooke en attendant la suite des procédures.

Étienne Lavoie a été arrêté pour 14 accusations liées au proxénétisme et à des délits sexuels concernant trois victimes alléguées à l’hiver 2019. Treize autres accusations ont été déposées en mai de la même année.

À la mi-mars 2019, le Tribunal avait déterminé que Lavoie devait rester détenu pour la durée des procédures judiciaires.