Le Centre de réadaptation en protection de la jeunesse Val-du-lac compte plusieurs pavillons, dont le pavillon Morin, sur la photo, qui sera l’un des premiers à être rénové.

Enfin le début des travaux à Val-du-lac

La première phase des travaux au Centre de réadaptation en protection de la jeunesse Val-du-lac devrait débuter dans la première semaine de juin. Ces rénovations, qui répondront à des besoins pressants, sont pourtant freinées pour des questions de logistique depuis 2014.

« Enfin! Ça démarre! » se réjouit Johanne Fleurant, directrice adjointe du programme jeunesse au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

À lire aussi: La double vocation d’une friperie pour les enfants de la DPJ

Le projet de rénovations vise plusieurs objectifs, notamment une mise aux normes des lieux physiques. Certaines salles de bain, par exemple, sont à refaire complètement. Mais ce n’est pas tout. On veut aussi adapter ces milieux de vie aux besoins des jeunes d’aujourd’hui et aux techniques d’intervention actuelles.

« Nous voulons aussi rehausser le confort des enfants et du personnel, notamment parce que les besoins et les pratiques ont bien changé depuis les années 1960. Par exemple, quand les enfants veulent téléphoner à leur proche, ils le font présentement dans une cabine, comme c’était la norme à l’époque. Ces salles de téléphone seront rehaussées pour être plus intéressantes pour les enfants », soutient Mme Fleurant.

Les salles d’isolement sont un autre bon exemple : elles sont essentielles dans un centre jeunesse où vivent des jeunes dans des situations difficiles. Mais si elles sont essentielles, elles sont aussi complètement désuètes en ce moment. Après les travaux, elles seront plus apaisantes pour aider les enfants à retrouver leur calme plus rapidement sans pour autant désorganiser le reste du groupe.

Casse-tête pour la transition

Le Centre de réadaptation Val-du-Lac a été construit dans les années 1960. S’il y a eu différentes phases de rénovations au fil des années, les travaux les plus importants n’ont jamais pu avoir lieu parce qu’il n’y avait pas d’endroits sécuritaires où relocaliser les jeunes pendant les différentes phases des travaux.

En décembre 2017, un projet de rénovation et de construction d’une nouvelle aile avait été déposé au conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui avait donné l’aval à la mise en œuvre d’un plan de rénovation triennal d’une valeur de 15 millions $. Dans ce plan, on voyait apparaître un nouveau pavillon sur le site de Val-du-lac. Or le financement n’était toujours pas attaché...

« J’ai eu comme mandat de trouver une solution rapide, sécuritaire, et abordable aussi, pour réussir à démarrer les travaux le plus rapidement possible », souligne Mme Fleurant.

Soulignons que Val-du-lac est composé de plusieurs pavillons, où les enfants et les adolescents sont logés en fonction de leur sexe et de leur âge. Certains y vivent pendant quelques semaines; d’autres vont entrer à Val-du-lac aussi tôt qu’à l’âge de six ans et y resteront jusqu’à leur 18e anniversaire. Il s’agit donc d’un milieu de vie significatif pour des jeunes extrêmement vulnérables.

Or, deux de ces pavillons avaient besoin de travaux de façon urgente, soit les pavillons Morin et Marion.

Comme les enfants ont besoin d’une très grande stabilité et qu’il est impossible d’y faire des travaux pendant qu’ils se trouvent dans leur pavillon, il fallait trouver un pavillon où les loger de façon permanente durant toute la durée des travaux. C’est l’absence d’un tel lieu sécuritaire qui empêchait la tenue des travaux.

« Le pavillon Deslauriers servait de classe aux jeunes du pavillon sécuritaire. Au deuxième étage, il y avait des bureaux. On a réussi à utiliser l’espace autrement pour libérer le deuxième étage. C’est là que vont débuter les travaux au début juin », soutient Mme Fleurant.

On déménagera ensuite les enfants dans cette nouvelle unité rénovée, le temps de remettre au goût du jour les pavillons Morin et Marion.

Et que se passera-t-il quand les pavillons Deslauriers, Morin et Marion auront été rénovés? « Ensuite, nous allons poursuivre notre plan. Nous voulons rénover toutes les unités. Mais les plus pressantes étaient Morin et Marion, et nous avons trouvé une voie de passage pour réussir à faire les travaux rapidement », conclut la directrice adjointe.

Par ailleurs, la direction du CIUSSS n’a pas demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux d’ajouter des lits à son permis. Val-du-lac continuera donc à pouvoir recevoir 99 enfants à la fois, en plus d’un « léger débordement ». Selon les statistiques prévisionnelles du CIUSSS, les besoins d’hébergement en centre jeunesse seront stables pour les prochaines années. « Par contre, nous allons ajouter des chambres aux pavillons Morin et Marion afin de pouvoir avoir des chambres de débordement directement dans les unités. À la fin des travaux, le pavillon Deslauriers pourra aussi service d’unité de débordement », souligne Johanne Fleurant.