Maryse Ricard et son conjoint Pierre Lavoie se trouvent à nouveau les pieds dans la boue à la suite de l’averse violente de samedi.

Encore les deux pieds dans la boue

Pour une deuxième fois en l’espace de quelques jours, Maryse Ricard et Pierre Lavoie se retrouvent les deux pieds dans la boue. Selon eux, ce sont des travaux de construction en lien avec le prolongement de la rue des Quatre-Saisons qui sont responsables de cette situation. Un avis que partage le conseiller municipal Vincent Boutin qui est allé visiter les lieux en matinée dimanche.

Ces résidants de la rue du Chèvrefeuille ont eu une mauvaise surprise en juin alors qu’un coup de pelle mécanique a occasionné un trou sur leur terrain. Depuis, chaque fois qu’il y a des averses, le terrain du couple s’inonde. Selon Mme Ricard qui demeure dans l’arrondissement de Fleurimont depuis cinq ans, elle n’avait pas ce genre de problème avant le début des constructions grâce à la présence d’un ruisseau à l’arrière de sa maison. Lorsqu’il y avait de fortes pluies, celui-ci interceptait le surplus d’eau. Le ruisseau semble toutefois avoir été remblayé pendant les travaux.

Le conseiller du district des Quatre-Saisons admet partager les préoccupations de la citoyenne et assure qu’il en fera un dossier prioritaire.

« Effectivement, j’ai plusieurs questions pour la Ville à propos de cette situation. Il y avait un ruisseau à l’arrière qui semble avoir été enterré. D’habitude, on s’assure qu’il n’y a pas d’enjeu sur ce plan-là. J’ai fait les demandes à la Ville. Une chose est sûre, c’est que je prends ce dossier-là en main pour être certain qu’on y apporte des correctifs au besoin », explique Vincent Boutin.

« De ce que j’ai pu comprendre, le ruisseau qui était là a été rasé. Est-ce que l’entrepreneur a eu les permis pour ça? Est-ce que le drainage a été fait comme il faut? Ça ne semble pas être le cas », poursuit M. Boutin qui a été interpellé à ce sujet par plusieurs autres citoyens lors de son passage sur la rue du Chèvrefeuille.

Fossé et ruisseau

Interrogé par La Tribune, l’entrepreneur responsable du chantier dit avoir fait le nécessaire pour éviter que l’eau s’accumule sur les terrains des personnes vivant à proximité. Il affirme avoir creusé un fossé pour intercepter l’eau, en plus d’avoir installé un bassin de rétention.

Toutefois, il semble que malgré ces mesures, l’eau continue de s’accumuler abondamment sur les terrains des citoyens.

« Sans le chantier de construction, l’eau aurait quand même descendu sur leur terrain. J’ai même fait un fossé à l’arrière. C’est sûr que lorsqu’il pleut, l’eau descend pareil », affirme-t-il.

L’homme qui a acheté le terrain compte y faire construire des logements.