L’artiste Sylvie Laverdière, de la région de Québec, a rendu hommage au travail du chien Kanak en ayant produit des œuvres à l’image de l’animal faisant partie du SPS.

En hommage au chien Kanak

Une grande admiratrice du travail du chien d’assistance du chien Kanak, du Service de police de Sherbrooke (SPS), a décidé de lui rendre hommage en l’immortalisant sur des toiles.

L’artiste Sylvie Laverdière, de la région de Québec, a produit des œuvres tellement détaillées que l’on pourrait croire que ce sont des photos. Mme Laverdière est une retraitée du réseau de la santé qui a côtoyé de jeunes victimes d’abus comme ceux dont le paisible animal accompagne dans les palais de justice.

« J’ai été touché par son travail et, comme j’aime dessiner, j’ai pensé faire un cadeau pour lui rendre hommage, dit-elle à La Tribune. La reconnaissance peut prendre différentes formes. »

« Depuis que je suis à la retraite, je peux donner plus de temps à ma passion du dessin et je désire soutenir des causes qui me tiennent à cœur en leur offrant mes œuvres pour faciliter le financement de leurs projets. »

Ses dessins ne passent pas inaperçus, a pu constater Sylvie Laverdière. « J’ai participé à un salon récemment et tout le monde me parlait de Kanak », mentionne-t-elle.

« C’était vraiment le coup de cœur du public. »

Mme Laverdière a mis une centaine d’heures pour réaliser ses œuvres. « J’ai utilisé le crayon de plomb, tout simplement, explique-t-elle. Il faut souvent effacer et recommencer. C’est beaucoup de détails. J’aime justement faire attention aux petits détails. »

« C’est un chien dont on peut voir l’âme dans ses yeux. Je pense que j’ai bien traduit son attitude. C’est un chien qui s’est comme oublié pour la cause humaine. Il impose le respect. Je crois qu’il faut être reconnaissant pour des animaux qui aident les humains. »

Kanak touche le cœur des gens. On le constate en consultant sa page Facebook. 

L’animal fait partie des rangs du SPS depuis 2016. Rappelons que le SPS a fait figure de pionnier au Québec ce printemps en ajoutant à ses méthodes d’intervention un chien de soutien pour les victimes dans le cadre du processus judiciaire. Le premier chien de soutien émotionnel au Québec est un membre à part entière du SPS.

Il est appelé à intervenir à plusieurs reprises pour donner du réconfort à des victimes d’abus devant participer au processus judiciaire.

Kanak s’est vite révélé un atout important pour la Division des enquêtes criminelles et ses collaborateurs.

En 2016, le SPS espérait inspirer d’autres services de police, ainsi que d’autres organismes qui œuvrent auprès des victimes ou de personnes traversant des périodes plus difficiles. Aujourd’hui, Kanak a plusieurs autres collègues à quatre pattes actifs ailleurs au Québec et ailleurs en Europe même. On dénombre maintenant cinq chiens policiers d’accompagnement dans la province et quatre autres au sein de la DPJ.

La France et la Belgique ont recours aussi à un service canin de ce type.