Amélia Néron a abandonné sa passagère blessée après un accident en 2016.

Elle reconnait une négligence criminelle causant des lésions

Après de multiples remises devant le tribunal, Amélia Néron a finalement reconnu les accusations d’avoir blessé la passagère alors qu’elle conduisait en état d’ébriété et de l’avoir abandonné dans le véhicule dans le secteur Saint-Élie en septembre 2016.

Plus de deux ans après les événements, Amélia Néron a reconnu, mercredi, une accusation de négligence criminelle causant des lésions qui représente l’ensemble des faits au dossier.

À lire aussi: Amélia Néron plaidera coupable

Amélia Néron a reconnu s’être sauvée des lieux de l’accident après une embardée laissant derrière elle la passagère du véhicule Volkswagen Jetta qu’elle conduisait en septembre 2016.

C’est un passant qui a entendu des cris de détresse vers 5 h 30. Il est venu en aide à la passagère blessée avant d’alerter les policiers. La passagère retrouvée sur les lieux de l’accident a été transportée au CHUS pour soigner une main blessée.

Le plaidoyer de culpabilité englobe le délit de fuite, la conduite dangereuse et les facultés affaiblies.

Le rapport policier de même que les notes de l’enquête préliminaire ont été déposés au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Arrêtée à la suite de l’embardée dans laquelle elle aurait été impliquée en compagnie d’une voisine, dans la nuit du 29 au 30 septembre 2016, Amélia Néron avait été remise en liberté sous de sévères conditions.

« Nous avons une suggestion commune sur la peine à imposer. Nous voulons cependant l’éclairage d’un rapport présentenciel », a expliqué la procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux.

Un rapport présentenciel pour évaluer Amélia Néron a donc été demandé au tribunal.

La victime a déposé une déclaration au tribunal concernant les conséquences des gestes subis.

Amélia Néron a aussi reconnu avoir brisé ses conditions de remise en liberté le 27 décembre 2016. Elle devait respecter un couvre-feu, chose qu’elle n’a pas faite. Le tribunal a confisqué son cautionnement de 500 $.

Son avocate Me Céline Saint-François a fixé les observations sur la peine au 8 mai. La victime sera entendue sur les conséquences de ce crime lors des observations sur la peine.

L’identité de la victime de l’accident de Magog dévoilée

On connaît maintenant l’identité du camionneur décédé vendredi lors d’un accident mortel survenu à Magog vendredi.

Le conducteur du camion semi-remorque est Sylvain Ferguson, un homme de 53 ans demeurant à Chambly. Il travaillait pour Sciures Jutras de Saint-Césaire.

Rappelons que le camion semi-remorque a fait une embardée spectaculaire, vers 11 h 30, en bordure du boulevard Poirier, à Magog. 

L’accident s’est produit à la sortie 32 de l’autoroute 55, un endroit habituellement peu propice aux accidents. Le camion, qui transportait un chargement de copeaux de bois, venait tout juste de quitter l’autoroute, en direction sud, quand l’accident est survenu. 

Au lieu d’arrêter après être sorti de la 55, le véhicule a continué tout droit rendu au boulevard Poirier. Il a foncé dans le garde-fou et dans deux poteaux électriques avant de se renverser dans le fossé près de la voie ferrée voisine. Son chargement s’est en partie répandu au sol.

Ce jour-là, il venait faire livraison de matérielle à un commerce du parc industriel de Magog, indique le lieutenant Sylvain Guay, porte-parole de la Régie de police Memphrémagog.

L’enquête se poursuit pour trouver la cause de l’accident, ajoute-t-il. 

Rappelons que des pistes comme le malaise du conducteur ou un bris mécanique étaient explorées.  Claude Plante