Mathieu Morin, étudiant à l’Université de Sherbrooke, en sera à sa troisième élection sous une bannière verte.

Élections fédérales : Mathieu Morin pour les verts à Sherbrooke

Le Parti Vert a dévoilé samedi qui sera son candidat dans la circonscription de Sherbrooke aux prochaines élections fédérales. Il s’agit de Mathieu Morin, un étudiant en droit à l’Université de Sherbrooke bien connu des bannières vertes.

Même s’il n’a que 21 ans, Mathieu Morin n’en est pas à sa première campagne électorale : il s’était déjà présenté pour le Parti Vert au fédéral dans la circonscription de Joliette en 2015, alors qu’il étudiait en technique juridique au Cégep de l’Assomption, puis il a tenté sa chance aux élections provinciales en 2018 avec le Parti Vert du Québec dans la circonscription de Saint-François.

L’environnement est bien entendu prioritaire pour le candidat, mais par voie de communiqué, il avance que ce thème est aussi important pour les électeurs actuellement. « C’est l’enjeu numéro un au Canada pour cette campagne électorale et il n’en est pas moins vrai à Sherbrooke. Aider la ville à atteindre ses cibles de réductions d’émissions de gaz à effet de serre, protéger les espaces verts comme le Mont-Bellevue, maintenir l’arbre et la forêt urbaine au cœur des préoccupations puis agrandir le réseau de transport public, voilà quelques exemples de ce que Mathieu Morin veut faire pour défendre les intérêts environnementaux de sa circonscription », peut-on y lire.

C’est d’ailleurs les « valeurs vertes véhiculées par l’Université de Sherbrooke » qui l’auraient poussé à venir étudier dans la région, a-t-il confié en entrevue dimanche.

Mathieu Morin annonce également son intention de lutter contre la pauvreté, notamment en ce qui a trait aux logements sociaux, qui sont trop peu nombreux selon lui. Il déplore d’ailleurs la situation vécue au début du mois, alors que plusieurs ménages s’étaient retrouvés sans logement. L’instauration d’un revenu minimum garanti figure également au programme.

Enfin, le candidat fait part de sa préoccupation pour le bien-être mental et financier des étudiants, en s’engageant à financer le soutien psychologique en milieu scolaire ainsi qu’en militant en faveur de la gratuité scolaire de l’enseignement supérieur auprès du gouvernement provincial. « Sherbrooke est une ville étudiante, alors bien évidemment, on veut soutenir nos étudiants ici! », souligne-t-il.