D’anciens combattants pourront s’entrainer gratuitement au Maxi-Club de Sherbrooke ont annoncé la députée Marie-Claude Bibeau, et Jean Noël, ancien combattant.

D’ex-militaires s’entraineront gratuitement et briseront l’isolement

D’anciens combattants pourront continuer à s’entrainer gratuitement et à guérir ensemble de leurs blessures physiques et psychologiques.

L’exercice physique sera mis à contribution pour briser l’isolement des ex-militaires trop souvent victimes de choc post-traumatique, entre autres.

Mercredi avant-midi, la ministre Marie-Claude Bibeau s’est arrêtée au Maxi-Club de la Place Belvédère de Sherbrooke pour annoncer le nouveau programme qui est en fait une première au Canada. La députée de Compton-Stanstead a annoncé qu’une contribution de 16 763 $ du Fonds canadien allait être accordée en ce sens pour le bien-être des vétérans et de leur famille.

« Les anciens combattants ont fait beaucoup de sacrifices pour maintenir la paix dans le monde, ils et elles ont vu et vécu des événements souvent traumatisants. Je suis très heureuse que nous ayons mis en place ce nouveau fonds fédéral qui les aidera à vaincre leurs souffrances» a commenté la ministre du Développement international et de la Francophonie.

«L’argent remis à la Légion royale canadienne de Sherbrooke permettra aux anciens militaires de s’entrainer et ainsi guérir leurs blessures physiques et psychologiques.» 

Ancien combattant, aujourd’hui pair aidant, Jean Noël est à l’origine de programme. Il sait combien il est difficile pour les vétérans de parler des horreurs de la guerre avec leurs proches. « L’activité physique contribue au bien-être des vétérans, mais ce qui est encore plus important, c’est de se retrouver entre nous, de pouvoir parler librement de nos émotions», souligne-t-il. 

«C’est ça qui nous donne la motivation de sortir de notre solitude. C’est comme un exutoire pour plusieurs. Souvent, les anciens combattants ont tendance à s’isoler chez eux. Il faut les faire sortir de la maison et rencontrer d’autres gens qui ont les mêmes expériences de vie.» 

Ce dernier espère que ce programme fera des petits ailleurs au Canada. Déjà, d’anciens militaires fréquentent le salon d’entraînement Maxi-Club, au centre-ville. 

Pierre-Olivier Turcotte, directeur du Maxi-Club, a mentionné que des spécialistes sont sur place pour accompagner les vétérans voulant utiliser les équipements de mise en forme. 

Reconnaissant les difficultés du retour à la vie civile, Mme Bibeau a tenu à préciser que son gouvernement a mis en place plusieurs mesures de soutien aux anciens combattants dont le retour de la pension à vie, la mise en place d’un service de transition de carrière, la création d’une prestation d’éducation et de formation, la bonification du crédit d’impôt pour les frais médicaux pour les chiens de soutien ainsi que la création du Fonds pour le bien-être des vétérans et de leur famille.