Maxime Vanier

Deux procès pour Maxime Vanier et un seul pour Roxanne Lapointe

Accusés avec Benoit Desrosiers dans une affaire de vol qualifié survenue en mai 2018, Maxime Vanier et Roxane Lapointe subiront leur procès en octobre.

Ils sont accusés d’avoir séquestré, attaché, bâillonné puis battu un individu alors qu’on aurait tenté de lui couper un doigt et de lui arracher un œil pour une dette de drogue ou une transaction qui a mal tourné.

À lire aussi: 

Gestes de violence sur un toxicomane : les accusés ne contestent pas les accusations

Une dette de drogue serait à l’origine du branle-bas au motel La Marquise

Quatre ans et cinq mois de prison pour une agression sauvage

La victime dans cette affaire a été séquestrée pendant 10 heures et attachée à une chaise avec du ruban gris puis des attaches de plastique. Un bas a été placé sur sa bouche. Il aurait été battu avec un bâton télescopique, un balai et à coups de pied et de poing.

Desrosiers a plaidé coupable dans cette affaire. Il a été condamné à quatre ans de prison.

Sept témoins civils et policiers seront appelés à la barre lors du procès prévu pour deux jours, les 9 et 10 octobre.

Toujours en compagnie de Roxanne Lapointe, Maxime Vanier est accusé de vol qualifié en utilisant une arme à feu, d’extorsion, d’avoir déchargé une arme à feu et de voies de fait contre une femme qui était présente dans une chambre du motel La Marquise de Sherbrooke le 11 octobre 2018.

Roxanne Lapointe

« Nous avons une entente pour disposer de certains chefs d’accusation du dossier », a signalé au tribunal, mardi, l’avocat de Roxanne Lapointe Me Christian Raymond.

Elle ne subira pas de procès pour les événements du motel La Marquise.

L’entente avec la procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau prévoit le retrait de certaines accusations, mais ne prévoit pas d’entente sur la peine à imposer.

Le chef d’accusation de vol qualifié avec une arme à feu implique une peine de détention minimale de quatre ans de prison.

C’est sur cette accusation que Maxime Vanier entend se défendre. Il subira son procès pour une journée le 5 septembre.

Les deux accusés ne contesteront pas les accusations relatives à la possession de stupéfiants dans cette affaire.

« Il n’y aura pas de procès pour les dossiers de stupéfiants », a spécifié l’avocate de la défense chargée de la défense de Maxime Vanier, Me Julie Beauchemin.