Dakota Lund-Cornish a enregistré un blanchissage dans un gain de 2 à 0 vendredi à Victoriaville.

Deux points pour la forme

Le Phœnix a profité de son passage à Victoriaville vendredi pour faire le plein de confiance dans un gain pour la forme. Grâce à une solide performance du gardien Dakota Lund-Cornish, la troupe de Stéphane Julien a vaincu les Tigres par la marque de 2 à 0 dans un match sans signification au classement.

« Je ne pouvais pas demander mieux comme résultat pour notre équipe et notre gardien, admet Stéphane Julien, qui a soudainement remplacé une séquence de huit défaites par une série de deux victoires. On était en contrôle durant les 40 premières minutes, durant lesquelles on n’a rien donné. On a toutefois perdu un peu de momentum en troisième période à cause des punitions. »

Patrick Guay a ouvert la marque pour les visiteurs avec un tir franc dans la lucarne lors d’un avantage numérique. Félix Robert a ensuite doublé l’avance des siens plus tard en première période en battant Tristan Côté-Cazenave, encore une fois avec l’avantage d’un homme. 

« Nos deux buts en avantage numérique nous donnent aussi confiance, parce que lors des dix derniers matchs, on maintenait une efficacité de seulement 10 % », précise Julien.

Les deux gardiens se sont ensuite illustrés, en particulier le portier sherbrookois lors du dernier tiers. 

« On s’est mis dans le trouble en fin de partie à cause des punitions, avoue Bobby Dow. On a bien joué avec un homme en moins et Dakota a joué toute une partie ce soir. Même si notre dernière partie ne sera pas très significative, pour nous elle est importante pour la confiance, surtout que l’on pourrait revoir les Voltigeurs en séries lors de la deuxième ronde si tout va bien pour nous au premier tour. »

Dakota Lund-Cornish a particulièrement apprécié sa visite à Victoriaville. 

« C’était une partie plaisante à jouer, explique le gardien du Phœnix, qui a bloqué 30 tirs. Le blanchissage est un bonus. La victoire fait du bien et samedi ce sera un bon test à Drummondville. On va suivre sur Twitter le résultat des autres duels pour savoir quelle équipe risque de jouer contre nous en première ronde. »

Dans le clan des locaux, tout n’était pas négatif malgré la défaite de 2-0.

« Je suis content d’avoir vu mon équipe ne pas abandonner en troisième période après un lent départ, souligne Louis Robitaille. Le Phœnix mettait beaucoup de pression sur notre équipe et profitait de revirements. Cette partie avait une certaine importance. On aborde chaque partie comme si c’était un match de séries, surtout qu’il y avait de l’ambiance dans la Colisée ce soir. »

L’Armada en première ronde?

Le portrait en vue des séries éliminatoires se clarifie de plus en plus et si la logique est respectée, le Phœnix (3e dans l’Ouest) a de fortes chances de se mesurer à l’Armada de Blainville-Boisbriand (6e) lors de la première ronde, qui commencera le 22 mars au Palais des sports, puisque les Olympiques de Gatineau (7e) ne peuvent plus rejoindre les Foreurs (5e) et que l’Armada, placée tout juste en bas des Foreurs, affronte les puissants Huskies (1er) de Rouyn-Noranda à leur dernier match de la saison. 

Le Phœnix disputera sa dernière partie de saison samedi à 15 h contre les Voltigeurs de Drummondville (2e).

« Il n’y aura pas beaucoup d’enjeux pour les Voltigeurs, fait remarquer Stéphane Julien, alors je pense qu’ils seront un peu plus relax samedi soir. Les deux équipes devraient rouler les quatre trios de façon plus régulière. Comme ce soir notre quatrième trio a fait tout un travail. J’ai utilisé davantage les frères Anctil et Jérémy Rainville et ils ont répondu à l’appel. On veut terminer l’année avec une victoire, on se rend Drummondville pour gagner, mais on a déjà fait le plein de confiance lors des deux derniers matchs. »

Notons que Benjamin Tardif était atteint d’un virus vendredi et que Taro Jentzsch écoulait le premier de ses trois matchs de suspension pour un coup à la tête servi à Shawinigan mercredi.