Une fuite de gaz a forcé la fermeture de la rue Roy entre les rues Bonin et Blais, mardi midi à Sherbrooke.

Deux fuites de gaz causées par des erreurs humaines

Des erreurs humaines sont à l’origine de deux fuites de gaz naturel survenues mardi à Sherbrooke.

La rentrée scolaire des élèves de l’école Desranleau a été perturbée par le bris d’une conduite de trois quarts de pouce accrochée par une pelle excavatrice lors de travaux sur la rue Corbeil dans l’arrondissement de Fleurimont.

Au lieu de découvrir leur nouvel environnement d’apprentissage, les élèves ont passé une partie de l’avant-midi à l’extérieur.

En plus de l’école primaire, cinq résidences, des commerces et l’entreprise les Aciers Simmonds ont été évacués une partie de l’avant-midi. La situation est revenue à la normale vers 10 h 30.

« Nous avons pris plusieurs mesures à l’intérieur de l’école et des bâtiments évacués. Il y avait un certain accès possible au bâtiment, mais nous voulions être certains que tout était rétabli avant de permettre la réintégration de l’école », explique le chef aux opérations du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPIS), Claude Langlois.

Vers 12 h 30, ce sont encore une fois des travaux d’excavation, cette fois sur la rue Roy, qui ont forcé des évacuations.

Les employés de l’entreprise Hydraulique SMS de l’Estrie, du 2575 de la rue Roy, de même qu’une autre entreprise ont dû être évacués vers 12 h 35 par mesure préventive.

« Deux entreprises ont dû être évacuées. La direction des vents a aidé notre travail. Le gaz était poussé vers la rivière », signale Claude Langlois du SPIS.

La rue Roy entre les rues Blais et Bonin a été fermée pendant plus d’une heure en raison du bris d’une conduite de trois quarts de pouce.

« Il n’y a pas eu de conséquence. Le danger dans de telles situations demeure que le gaz s’accumule puis s’enflamme. Les évacuations sont nécessaires en raison du risque d’explosion. Les pompiers utilisent leur jet d’eau pour dissiper le nuage de gaz. Étant donné que le gaz naturel est plus léger que l’air, il a tendance à se dissiper en s’élevant. Le temps chaud et humide retardait cependant un peu cette évacuation du gaz, mardi », indique Claude Langlois.

Ce dernier invite les propriétaires d’entreprises ou de résidences à contacter Info-Excavation avant d’entreprendre des travaux où l’excavation est nécessaire.

« Une simple vérification peut éviter tout ce déploiement. Il y a un répertoire des conduites de gaz qui peut permettre des travaux d’excavation en toute sécurité. Les fuites sont malheureusement causées la plupart du temps par des erreurs humaines », constate le chef aux opérations du SPIS.