Deux accusés de crimes sexuels analysent la preuve

Deux accusés de crimes sexuels, William Girard et Martin Letendre, analysent une trame factuelle des faits qui leur sont reprochés avant de déterminer s’ils plaideront coupables.

Les deux individus, qui étaient de retour devant le tribunal lundi au palais de justice de Sherbrooke, ont reporté leur dossier à la fin novembre.

Ce sont 105 accusations qui pèsent contre Girard qui est originaire d’East Angus.

Les accusations concernent des victimes adolescentes de l’Estrie, soit Sherbrooke, Magog et East Angus, ainsi que de la Mauricie, de l’Abitibi et du Bas-Saint-Laurent.

Les gestes auraient été commis entre avril 2018 et février 2019 sur une vingtaine de victimes alléguées.

Ces accusations concernaient du leurre informatique, de l’extorsion, d’avoir transmis du matériel sexuellement explicite dans le but de faciliter la perpétration de gestes sexuels, d’avoir accédé, possédé, distribué et produit de la pornographie juvénile, d’avoir conseillé de transmettre de la pornographie juvénile, de harcèlement et de supposition de personne.

L’une d’entre elles aurait subi des gestes d’agression sexuelle, de l’incitation à des contacts sexuels, des contacts sexuels, de l’extorsion et aurait été exposée à du matériel sexuellement explicite pour faciliter la commission d’une infraction sexuelle. Plusieurs des accusations comportent des peines minimales d’une année de prison.

« Le 23 octobre, j’ai transmis une trame factuelle de 70 pages. Il y a 20 victimes alléguées. La défense doit discuter avec son client », signale la procureure aux poursuites criminelles, Me Joanny Saint-Pierre.

« Je vais transmettre les informations à mon client », a mentionné l’avocate de la défense Me Karine Poliquin.

Girard prendra position le 26 novembre prochain.

L’accusé se trouve derrière les barreaux depuis le 13 mars dernier. La poursuite s’oppose à sa remise en liberté.

Martin Letendre

Également détenu relativement à des accusations en matière sexuelle, Martin Letendre de Saint-François-Xavier-de-Brompton a suivi Girard dans le box des détenus.

Le même scénario que Girard se présente dans son dossier.

« J’avais transmis une trame factuelle avec des corrections sur les admissions qui pourraient être faites », a indiqué Me Saint-Pierre.

La poursuite a mentionné que s’il y avait des plaidoyers de culpabilité, un rapport sexologique sera demandé.

Martin Letendre est accusé d’attouchements sexuels, d’incitation à des contacts sexuels, de voies de fait armées d’une ceinture et d’agression sexuelle à l’endroit d’une enfant de moins de 14 ans.

Ces gestes auraient été commis entre le 24 août 1996 et le 4 janvier 1999. Martin Letendre avait été arrêté à la mi-janvier pour diverses accusations portant sur de la pornographie juvénile.

Des accusations de production de pornographie juvénile entre le 1er août 2018 et le 16 janvier 2019, d’avoir accédé à la pornographie juvénile et de possession de pornographie juvénile entre le 2 juin 2018 et le 16 janvier 2019 et deux accusations de distribution de pornographie juvénile ont été portées pour les 1er août et le 16 septembre 2018.

Au début février, 20 nouvelles accusations avaient été portées contre Letendre.

L’homme de 59 ans avait alors été accusé de leurre informatique, d’avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne de moins de 18 ans, de production et d’avoir accédé à de la pornographie juvénile et de trafic de stupéfiants.

C’est Me Christian Raymond qui assure la défense des deux individus.