Destination Sherbrooke prévoit déposer son plan global de contingence à la fin avril.
Destination Sherbrooke prévoit déposer son plan global de contingence à la fin avril.

Destination Sherbrooke sabre parmi ses employés

Confronté à une réduction budgétaire de 1 M $, Destination Sherbrooke procédera à des mises à pied et à une réduction des heures de travail parmi ses employés.

Il s’agit d’une des premières mesures qu’annonce l’organisme paramunicipal à la suite de la décision de la Ville de réduire sa contribution dans le cadre d’un plan de contingence.

La présidente Sylvie L. Bergeron a indiqué que les compressions au sein du personnel ont été annoncées vendredi à la vingtaine d’employés que compte Destination Sherbrooke.

« Nous allons procéder à des mises à pied temporaires pour certains employés et à des réductions d’heures pour d’autres. Il va y avoir d’autres mesures dans le plan de contingence, mais pour l’instant c’est ce que nous avons annoncé. »

Sylvie L. Bergeron indique que les compressions parmi le personnel ont été établies en tenant compte notamment des effets de la crise provoquée par la COVID-19. « On a coupé, par exemple, au Centre de foires. On sait que dans le contexte actuel, il n’y aura pas d’événements qui vont se tenir au Centre de foires avant un bon bout de temps. C’est une réalité qui nous rattrape », a-t-elle précisé.

La présidente de Destination Sherbrooke et le directeur de l’organisme, Denis Bernier, ont rencontré le comité politique de la Ville chargé de réviser la gouvernance des organismes paramunicipaux.

Ceux-ci en ont profité pour réitérer des précisions quant au mandat que devra poursuivre Destination Sherbrooke.

« La Ville semble avoir une vision du tourisme qui n’est pas au diapason avec de la nôtre, ajoute Mme Bergeron. On nous dit de mettre l’emphase sur le tourisme d’affaires. Mais nous on pense que les gens d’affaires auront bien d’autres choses à faire dans les prochains mois et les prochaines années que de faire du tourisme. Ils vont d’abord s’occuper à remettre leurs entreprises sur les rails…».

Destination Sherbrooke prévoit déposer son plan global de contingence à la fin avril.

« Même si nos visions ne sont pas au diapason, on va tenter de s’entendre. Ce qu’on veut, c’est que l’industrie touristique soit efficiente. Mais avec 1 M $ de moins, est-ce qu’on va y arriver ? Nous, on continue de croire que le moment est mal choisi. »