François Bonnardel

Desserte aérienne: un atout de plus pour Sherbrooke

La Corporation de l’aéroport de Sherbrooke aura une carte supplémentaire dans sa manche pour attirer un transporteur aérien dans la région. Le gouvernement du Québec a annoncé la mise sur pied vendredi d’un tout nouveau Programme d’aide pour les dessertes aériennes régionales (PADAR) qui a pour but de développer et d’améliorer l’offre de services aériens en région. Ce nouveau programme est doté d’une enveloppe budgétaire de 22,5 millions de dollars jusqu’au 31 mars 2022.

Concrètement, l’aéroport de Sherbrooke, comme tout autre aéroport régional, pourra aller chercher jusqu’à 500 000 $ pour l’établissement d’une nouvelle liaison aérienne. Si Sherbrooke veut développer une liaison vers Montréal et une autre vers Québec, par exemple, ce sera un million $ que la Corporation pourra demander au PADAR. Les sommes seront disponibles pour rembourser le déficit d’exploitation d’une desserte pour une période de deux ans après sa mise en œuvre.

À LIRE AUSSI: Air Canada n’est pas intéressé par l'aéroport de Sherbrooke

« On a des fonds pour supporter les infrastructures et les pistes, mais on voyait qu’on avait un problème pour supporter les villes qui ont des aéroports, mais qui n’ont pas de dessertes, indique le ministre responsable de l’Estrie et ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, de passage à l’Aéroport de Sherbrooke pour procéder à l’annonce du PADAR. C’est encore inconcevable, surtout pour Sherbrooke, de voir qu’il n’y a aucune liaison aérienne qui peut être soutenue par un transporteur. On met des sommes disponibles pour en arriver à avoir des transporteurs qui vont lever la main. On en parle depuis des années déjà. Sherbrooke est la seule ville de 200 000 habitants et plus sans liaison aérienne. »

De son côté, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, était très emballé par l’annonce du programme d’aide.
« C’est une très belle annonce, souligne-t-il. Lorsque j’avais dit qu’il nous fallait certaines données supplémentaires pour qu’on puisse aller de l’avant, ça en fait en partie. C’est de l’argent qu’on n’avait pas sur la table. »

M. Lussier n’a pas voulu faire de mise à jour concernant les discussions avec un transporteur.

« On y travaille toujours. Lorsqu’on aura choisi un transporteur, on vous fera signe. »

Désignation fédérale

Rappelons que Sherbrooke réclame depuis plusieurs années une désignation officielle qui assurerait à l’aéroport des services de sécurité aux frais du gouvernement fédéral aux mêmes conditions que partout ailleurs au pays. Le ministre Bonnardel estime que les sommes débloquées vendredi par son gouvernement mettront un peu de pression sur Ottawa.

« C’est un message important d’annoncer ces sommes et de dire aux transporteurs nationaux et régionaux qu’elles sont là, résume M. Bonnardel. Je suis toujours en discussion avec le fédéral. J’ai parlé à Marie-Claude Bibeau il y a quelques mois. J’ai parlé à Air Canada et à d’autres transporteurs et j’espère qu’avec l’annonce aujourd’hui, ils vont lever la main et profiter de ces sommes. On espère voir un léger boom dans les régions ».

Dans le cadre d’un deuxième volet du PADAR, les aéroports pourront aussi demander des fonds pour des projets axés sur le marketing comme des systèmes de réservations, des programmes de fidélisation ou des campagnes de promotion.