<em>La Tribune</em> rapportait jeudi quatre recommandations formulées par la coroner Kathleen Gélinas à la Ville de Sherbrooke après qu’un cycliste de 63 ans eut perdu la vie à la suite d’une chute à l’approche du pont du chemin Saint-Roch Sud.

Des voies cyclables adaptées pour le vélo électrique ?

Dans la révision du plan de mobilité durable et du transport actif, la Ville de Sherbrooke devra réfléchir à savoir si ses infrastructures sont adaptées au vélo électrique. Il s’agit de l’un des constats du président du comité de la mobilité durable, Marc Denault, à la lecture du rapport de la coroner Kathleen Gélinas portant sur l’accident d’un cycliste sur le chemin Saint-Roch Sud.

« Du point de vue de la sécurité, la réflexion se fera au comité de la sécurité publique. De notre côté, nous sommes là pour le déploiement des pistes cyclables et des trottoirs. Nous prenons note des recommandations surtout quand on lit qu’un impact à une vitesse de 50 km/h pour un cycliste augmente de cinq fois les probabilités de décès par rapport à un impact à 30 km/h », commente M. Denault.

À LIRE AUSSI: Décès d'un cycliste en 2017: la coroner fait trois recommandations

Rappelons que La Tribune rapportait jeudi quatre recommandations formulées à la Ville de Sherbrooke après qu’un cycliste de 63 ans eut subi une chute, vraisemblablement alors qu’il roulait à 48 km/h à l’approche du pont du chemin Saint-Roch Sud. L’homme est décédé en octobre 2017, trois jours après sa chute.

Le conseiller municipal s’est dit surpris d’apprendre qu’un vélo électrique pouvait atteindre 50 km/h. « Est-ce que notre réseau cyclable est adapté? Il faudra faire une analyse approfondie. On voit de plus en plus de vélos électriques. Ils deviennent une façon de remplacer la deuxième voiture. Il devra y avoir une réflexion pour déterminer l’encadrement que nous devons en faire et réviser nos infrastructures s’il y a lieu. Est-ce que le port d’un casque suffit encore quand on atteint des vitesses de 50 km/h? »

M. Denault donne l’exemple de la piste utilitaire construite devant le Carrefour de l’Estrie. « Elle est parfaite pour le vélo de plaisance, mais pour ceux qui font du vélo de manière utilitaire et qui dépassent 25 km/h, ce n’est pas ça qu’ils veulent. »

Le conseiller ajoute que la Ville devra s’interroger à savoir jusqu’où va sa responsabilité.