Seul accusé majeur au moment des événements allégués, Blessing Dugbeh, 20 ans, devra subir son procès à compter du 25 mars.

Des victimes marquées à jamais

« Vous avez détruit beaucoup de choses en moi et cet événement va me suivre toute ma vie. »

La victime de l’agression sexuelle en groupe de mai 2017 a écrit une lettre à l’intention des accusés qui a été lue devant le tribunal.

À lire aussi: Agression sexuelle grave : un rapport d’expert attendu dans le dossier de Dugbeh

Viol collectif : un accusé contacte la victime alléguée

« Ma réputation a changé du tout au tout. Le regard des autres a changé. Les gens qui ne savaient rien de la situation m’ont traitée de pute. Ils ne savaient pas que ce n’était pas mon choix », a signalé l’une des victimes.

Elle mentionne avoir perdu sa confiance en elle notamment en raison des surnoms qui lui ont été donnés à la suite de cet événement dont elle n’est aucunement à l’origine.

« Cet événement a tout changé. J’ai eu de la difficulté à me faire confiance à nouveau. Mes notes à l’école ont baissé. J’ai traversé plusieurs moments difficiles », a indiqué la victime.

L’autre victime a aussi assisté aux plaidoyers de culpabilité de l’un de ses agresseurs.

« Je suis moins ouverte d’esprit. J’ai vécu un sentiment d’impuissance. J’ai vécu de l’intimidation reliée à ma plainte », signale cette victime.

Ses vêtements ont été endommagés par les gestes des agresseurs.

« Je me demande ce que j’ai fait pour mériter ça. J’ai vécu de l’isolement. J’ai perdu mon estime de moi. J’ai maintenant des réactions défensives envers les gens », signale cette autre victime d’une agression sexuelle en groupe.

Le juge félicite les victimes

Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a tenu à s’adresser aux victimes pour les féliciter d’avoir dénoncé leurs agresseurs.

« Je salue votre courage et votre détermination dans cette épreuve difficile et lors du processus judiciaire. Je vous souhaite de retrouver une meilleure estime de vous et une vie plus normale. Je vous félicite. J’ai compris que ces événements n’ont pas été faciles à vivre. Je tiens à saluer votre courage », souligne le juge Chapdelaine.

Une conférence de facilitation a permis d’en venir à une entente dans cette affaire afin de présenter une suggestion commune au tribunal.

« J’estime que les suggestions communes de peine sont raisonnables », a mentionné le juge Chapdelaine avant de condamner les quatre adolescents à des peines de garde fermée.

La victime des gestes de février 2017 devra cependant se présenter à nouveau au tribunal pour le procès de deux autres accusés dans cette affaire.

Les deux seuls individus qui n’ont pas réglé leurs dossiers dans cette affaire sont aussi accusés au tribunal adulte. Ils sont tous les deux détenus depuis leur arrestation au printemps 2017.

Dugbeh de retour le 25 mars

Seul accusé majeur au moment des événements allégués, Blessing Dugbeh, 20 ans, est accusé entre autres d’agression sexuelle en groupe sur cette adolescente en février 2017.

Blessing Dugbeh, défendu par Me Guy Plourde, devra subir son procès à compter du 25 mars pour des accusations d’agression sexuelle grave, d’agression sexuelle en groupe sur une personne de moins de 16 ans, de contact sexuel sur une mineure, d’incitation à des contacts sexuels sur une mineure ainsi que de menaces de mort de harcèlement entre février et avril 2018.

L’autre individu ne peut être identifié parce que des dossiers en chambre de la jeunesse ont été autorisés contre lui.

Au tribunal adulte, l’individu de 19 ans est accusé d’agression sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels sur une autre adolescente de moins de 16 ans. Il subira son procès devant jury à compter du 10 juin en Cour supérieure.

Cet individu subira son procès en chambre de la jeunesse sur quatre jours pour l’agression sexuelle en groupe de février 2017. La date qui doit être fixée le 15 février prochain à partir des disponibilités de son avocate Me Anne-Marie Campeau et du ministère public.