Les constructions de nouveaux trottoirs, les travaux d'excavation, d'enlèvement de conduite ou de reconstruction de rues sont tous interrompus à Sherbrooke en raison des vacances de la construction.

Des semaines idéales sans travaux

La Ville de Sherbrooke pourrait revoir la distribution des vacances de ses employés de la construction pour permettre de garder un plus grand nombre de chantiers ouverts tout au long de l'été. Les vacances pour les employés assignés à la construction durent trois semaines et prennent fin le 7 août.
« Cette semaine, ce sont les vacances de la construction pour les employés de la Ville de Sherbrooke qui travaillent sur nos chantiers de construction. Ils sont en vacances depuis déjà une semaine. Nous avons quand même 48 chantiers en cours ou non complétés. Il y en a douze qui fonctionnent et qui sont faits par des entrepreneurs externes, dont celui de René-Lévesque. Trois autres, de pavage, pourraient se faire, selon la température », résume Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.
Ce sont donc une cinquantaine de personnes, affectées à la construction, qui sont en vacances. Par opposition, celles affectées à l'entretien demeurent au travail. Les constructions de nouveaux trottoirs, les travaux d'excavation, d'enlèvement de conduite ou de reconstruction de rues sont tous interrompus. Les travaux faits par les entrepreneurs externes se poursuivent.
Caroline Gravel avait déjà évoqué l'an dernier la possibilité de revoir le mode d'attribution des vacances. « Il y a un ralentissement sur trois semaines à la Ville. Ce sont des décisions qui sont là depuis un bout de temps. C'était plus facile pour les gestionnaires de chantier de donner congé à tout le monde en même temps que d'avoir des équipes à moitié ou incomplètes et de reconstituer des équipes temporaires. Ce sont des choses que nous devrons regarder. »
Semaines idéales
Selon Mme Gravel, les semaines des vacances de la construction seraient idéales pour avancer plusieurs chantiers. « Ce serait l'idéal puisque c'est une période où le territoire est vide, il y a très peu de circulation parce que tout le monde est en vacances, et il fait beau. Quant à moi, c'est un moment où on devrait redoubler d'efforts, alors ce sera à regarder pour les prochaines années. Nous pouvons nous entendre avec les employés. Ce n'est pas inscrit à la convention collective. Nous n'en avons pas discuté avec eux pour cette année, mais ce sont des choses qui seront regardées pour l'an prochain. »
Mme Gravel n'hésite pas à dire que d'avoir des équipes de construction au travail pendant ces trois semaines serait bénéfique, mais elle prévient que les raisons occasionnant des retards peuvent être nombreuses, particulièrement cette année.
Parmi les causes de retard enregistrées : la pluie abondante, la grève de la construction et la grève des ingénieurs du gouvernement provincial. « Certains certificats d'autorisation et demandes de subventions entraient avec des délais », précise Caroline Gravel.
Un nouveau chantier s'amorce cette semaine pour du resurfaçage de chaussée sur la rue Dunant. Les travaux de la rue du Cégep, de la rue Prospect et du parc Jules-Richard sont terminés.