Des étudiants de l'UdeS protestent contre un nouveau règlement sur l'alcool

La direction de l’Université de Sherbrooke a modifié son règlement sur la consommation d’alcool lors d’activités étudiantes sur le campus. Les étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines s’y opposent, et planifient notamment perturber les portes ouvertes de samedi pour faire valoir leur mécontentement.

Avec les modifications faites le 19 et le 24 octobre, les activités sociales de type « 5 à 8 » et « 5 à 11 » seront désormais réservées aux détenteurs d’une carte étudiante valide de l’Université de Sherbrooke (sauf en cas d’entente particulière avec la faculté, comme lors d’une activité de retrouvailles avec des anciens).

De plus, aucune boisson avec une teneur de plus de 6 % d’alcool ne pourra être servie lors des activités durant plus de trois heures.

« On décrie le manque de consultation des étudiants, le manque de transparence dans la décision ainsi que le manque de préavis – du côté logistique, ce sera difficile pour nous de nous réorganiser », affirme Eli Dubois, représentant socioculturel de l’Association générale étudiante de la Faculté des lettres et sciences humaines (AGEFLESH).

L’association a tenu une assemblée générale mercredi, durant laquelle ses membres ont voté à l’unanimité pour que l’association fasse fi des nouveaux règlements tant qu’il n’y aura pas eu de consultation auprès des étudiants, et pour que des actions de perturbation des activités promotionnelles de l’Université de Sherbrooke aient lieu.

Les portes ouvertes, qui se tiennent samedi, sont particulièrement visées. « On va mettre des affiches, et des étudiants devraient venir sensibiliser des convois de visiteurs », donne en exemple M. Dubois.

Selon lui, le fait d’empêcher les « externes » de participer aux célèbres soirées de l’UdeS ne fera pas que gâcher l’ambiance de celles-ci; ce sera nuisible pour l’établissement au complet. « Ça va jouer sur toute la perception que les gens de l’externe ont de l’Université de Sherbrooke. C’est un grand pôle d’attractivité, l’aspect social et festif de l’UdeS. On pense que l’administration se tire dans le pied en faisant ça. »

Comme les boissons à concentration d’alcool supérieure à 6 % sont maintenant interdites, l’alcool fort, le vin ainsi que certains types de bière devront être retirés des bars étudiants. « On reproche l’attitude paternaliste de ce règlement. On n’est pas au secondaire ou au cégep, on a le droit de boire la boisson qu’on aime », ajoute le représentant.

Négociations avec la direction

Les représentants de l’AGEFLESH ont rencontré vendredi matin la doyenne de leur faculté Thérèse Audet pour lui faire part de leurs doléances quant à la modification des articles 5.2 et 5.5 de la Directive sur les activités sociales avec consommation d’alcool organisées par les associations étudiantes.

« On a exposé nos problèmes, et ils se sont montrés quand même ouverts au dialogue », souligne M. Dubois.

Une rencontre interfacultaire devrait se tenir lundi après-midi, lors de laquelle tous les doyens et représentants des associations étudiantes s’assoiront ensemble.

La Tribune n’a pas pu joindre de représentant de l’Université de Sherbrooke vendredi en soirée.