Pierre Tremblay et Pierre Avard n’apprécient pas les sorties des membres du conseil d’administration de Destination Sherbroooke qui critiquent la décision de la la ville de couper 1 M$ dans le financement de l’organisme.
Pierre Tremblay et Pierre Avard n’apprécient pas les sorties des membres du conseil d’administration de Destination Sherbroooke qui critiquent la décision de la la ville de couper 1 M$ dans le financement de l’organisme.

Des élus se sentent insultés par Destination Sherbrooke

Les conseillers Pierre Tremblay et Pierre Avard disent se sentir insultés par les sorties des membres du conseil d’administration de Destination Sherbrooke, mécontents des coupes de 1 M$ dans l’organisation paramunicipale responsable du tourisme. M. Avard a invité Destination Sherbrooke à « revenir sur terre ». 

M. Tremblay, pendant la période de messages des élus, a tenu des propos durs à l’endroit des intervenants qui ont critiqué la décision de la Ville. « Ils ont le droit d’exprimer leur déception. J’utilise la même liberté d’expression pour répliquer à leurs remarques. J’ai trouvé que le ton qu’ils ont employé était condescendant, voire méprisant, à l’endroit du conseil municipal. À les entendre, c’est comme si nous avions pris une décision bâclée, sans avoir toutes les informations nécessaires, ce qui est faux. »

À LIRE AUSSILa Ville a retenu des procès-verbaux pendant un an

 Destination Sherbrooke sabre parmi ses employés

Pierre Avard s’est dit surpris « pour ne pas dire choqué », par la nature de la réaction des membres du conseil d’administration. « Nous n’avons pas de comptes à rendre au C.A. de Destination Sherbrooke. Les seules personnes à qui nous avons des comptes à rendre, ce sont les Sherbrookois. Par leurs propos, les dirigeants de Destination Sherbrooke ont manqué de respect pour les élus, pour lesquels ils ne semblent pas avoir beaucoup de considération. Ils doivent revenir sur la terre. Ce C.A. n’est pas différent des autres organismes. Destination Sherbrooke doit cesser de regarder uniquement ses problèmes et regarder l’ensemble des défis de la Ville. »

M. Avard dit souhaiter que les membres du C.A. réalisent que cette décision était inévitable et qu’ils feront tout pour s’y conformer. 

Pierre Tremblay a poursuivi en indiquant que si les membres de Destination Sherbrooke estimaient que plusieurs de leurs questions étaient sans réponse, il avait, lui aussi, des questions pour les gens de Destination Sherbrooke. 

« Est-ce que le C.A. est au fait de la situation financière précaire de la Ville et de la nécessité de redresser nos finances? Où pensent-ils que nous devrions couper pour arriver? Dans les effectifs du Service de police, dans les bibliothèques? Ou devrions-nous augmenter les taxes? Je ne reculerai pas sur cette décision. »

L’ex-présidente de Destination Sherbrooke, Annie Godbout, a refusé de commenter la sortie de ses collègues. 

Le maire Steve Lussier rapporte pour sa part avoir demandé aux membres des C.A. des organisations paramunicipales de ne pas réagir publiquement tant qu’ils n’auraient pas fait leurs devoirs. « Après ils pourront s’exprimer, mais pour le moment, nous leur demandons d’être rigoureux. C’est sûr que ça ne les aide pas de réagir comme ils l’ont fait. Nous réagirons à leur travail quand ils nous auront fourni les documents que nous demandons. »

Lesdits documents sont attendus pour la mi-mai.