Richard Gagné a donné 220 $ à la Fondation du CHUS... en ramassant des canettes vides.

Des canettes en guise de don

SHERBROOKE — Richard Gagné, un survivant de deux cancers, a décidé de mélanger écologie et générosité afin d’amasser des dons pour la Fondation du CHUS. En effet, depuis trois mois, le septuagénaire fait le tour de son quartier afin de ramasser les canettes et bouteilles vides, ce qui lui a permis de donner plus de 220 $.

Toutes les semaines, M. Gagné prend son véhicule, va prendre les canettes de son voisinage, les entrepose dans son cabanon, les lave et va les vendre à l’épicerie du coin. « Un jour, je suis allé me débarrasser de mes canettes à l’épicerie. En mettant les canettes dans la machine, il m’est venu l’idée de ramasser les canettes pour le CHUS. Je fais donc la rue Georges V et Gustave. J’ai envoyé une lettre à tout le monde en leur expliquant la situation. Je passe le jeudi soir pour ramasser les sacs et je lave les canettes le lundi », partage M. Gagné, qui a perdu sa femme il y a quelques années lorsqu’elle est décédée d’un cancer.

Richard Gagné ne compte pas les heures qu’il donne. Il veut cogner à toutes les portes pour faire connaître son défi à tout le monde. « Cette semaine, j’ai renvoyé une lettre à tout le monde pour les remercier et pour leur montrer la preuve que j’avais bel et bien donné l’argent. Je leur ai dit que je continuais et que l’an prochain, mon objectif était d’amener un chèque de 1000 $. Si j’amène 700 $, je vais être quand même content, au même titre que si j’amène pour 1200 $ », précise l’homme.

Le généreux septuagénaire a pensé à tout. « Toutes les fois que je vais porter les canettes au magasin, je reviens donner la facture à mon voisin Paul. C’est pour qu’il soit témoin que je donne bel et bien l’argent à la fondation! »

Cependant, Richard Gagné ne s’occupe pas seulement des canettes. L’homme s’implique et donne du temps pour plusieurs causes. « Mon objectif était d’arrêter de travailler à 75 ans. J’ai actuellement 74 ans. Aujourd’hui, je fais uniquement du bénévolat. Je m’occupe d’une vieille dame, de la paroisse, des canettes, etc. », résume-t-il.