Janick Côté et les copropriétaires du 25, King Ouest ont acheté un système de digue portative pour protéger leur bâtiment. Ils ont eu l’aide des pompiers pour les installer.

Des barrières d'eau pour éviter le pire

Si certains citoyens utilisent des sacs de sable afin de protéger leur résidence, les copropriétaires du 31 rue King Ouest, dont fait partie la propriétaire de la boutique L'Extase, Janick Côté, ont décidé d’investir 40 000 $ dans un système de barrière d’eau.

Puisque l’eau de la rivière Saint-François s’est stabilisée avant d’atteindre le seuil critique samedi soir, ils n’auront pas la certitude que le système a fait la différence, mais ils estiment que l’investissement en vaut la peine.

« Je suis partie, car les pompiers ont demandé d’évacuer. On n’avait pas le choix de fermer le commerce, relate Mme Côté. On avait fait le maximum de ce qu’on pouvait faire : on avait surélevé tous nos inventaires le plus possible, on avait mis des poches de sable devant nos portes et on avait installé les digues.

« Je sais qu’au cours de la nuit, on a eu de l’eau dans le stationnement, presque jusqu’au trottoir. Ça a gonflé les digues du côté de la rivière, mais l’eau n’a pas monté jusqu’à l’avant. Je pense que ça n’a pas assez monté pour voir si c’était super bien installé, mais je pense que oui. »

Mme Côté a un mauvais souvenir de la crue de 2014, alors que son local avait été inondé. « On avait eu environ un pied d’eau à la grandeur du premier plancher. C’est là qu’on a décidé d’acheter ce qu’on appelle une digue portative. On les installe en prévention et si ça monte, l’eau fait monter la digue, donc ça protège la cave et le premier plancher », explique-t-elle.

« Si je l’avais acheté en 2014, termine-t-elle, ça m’aurait coûté moins cher que les dégâts, les pertes de matériel, de chiffres d’affaires et de meubles qu’ont causées les inondations. »

La St-François sous les 18 pieds; Weedon se rétablit plus lentement

 On continuait de respirer plus librement au centre-ville de Sherbrooke, mardi, avec le niveau de la rivière Saint-François qui poursuivait sa décrue.

L’Organisation municipale de sécurité civile (OMSC) a pu se mettre en phase « pré-alerte » à la suite de la mesure prise à la sonde près du pont Aylmer en matinée. Elle indiquait une mesure de 18 pieds, note l’OMSC.

Toutefois, des cours d’eau demeurent sous surveillance en Estrie. C’est notamment le cas du lac Louise, à Weedon, où le niveau était en hausse, tout comme le lac Memphrémagog. Le lac Aylmer était par contre en baisse, indiquent les autorités.

Si la vigilance est toujours de mise à Weedon, le maire Richard Tanguay était confiant qu’une baisse progressive du niveau du lac Louise devrait s’observer au courant de la semaine.

« La situation est très stable depuis les derniers jours. Le niveau de l’eau baisse très lentement, note-t-il. Les autorités ont ouverts les barrages du Grand lac Saint-François et du lac Aylmer pour des raisons de sécurité, à ce qu’on nous dit. C’est ce qui fait que le niveau d’eau baisse si tranquillement. »

« On reste donc inondé tant et aussi longtemps que le niveau d’eau ainsi que le débit dans les bassins en amont et en aval n’ont pas diminué de manière significative, poursuit-il. Ça devrait baisser tranquillement au fil des jours, puisqu’on n’attend pas de précipitations jusqu’à vendredi. »

Le maire espère que le niveau de l’eau baisse dans les plus brefs délais, question d’assurer la sécurité des riverains qui ont à composer avec plusieurs pieds d’eau sur les chemins menant à leur résidence.

« C’est sûr que j’aimerais que la situation avec les barrages soit gérée autrement, car j’ai comme priorité la sécurité de mes citoyens, explique M. Tanguay. Il y a de deux à trois pieds d’eau sur certains chemins, ce n’est pas évident pour les propriétaires de se rendre à leur propriété. On reste positif malgré tout, le niveau d’eau devrait baisser tranquillement au cours des prochains jours. »