Malgré la différence de coût pour la dernière année, Guylaine Boutin, directrice du service de l’entretien et de la voirie, estime que le partage des risques est la bonne voie à suivre.

Déneigement: le statu quo recommandé

Le Service de l’entretien et de la voirie de la Ville de Sherbrooke a recommandé lundi soir aux élus de continuer d’offrir certains contrats de déneigement au privé pour partager les coûts liés à la rigueur de l’hiver. Cette recommandation survient à la suite d’un hiver historique qui a coûté plus de 14 millions de dollars aux Sherbrookois, soit 40 % de plus que les prévisions.

La différence entre les coûts en régie et ceux du privé a également été très marquée. Le coût du déneigement en régie lors de la dernière année a grimpé à 11 072 $ du kilomètre alors qu’il était de 7531 $ du kilomètre au privé. Le réseau est desservi à 75 % en régie et à 25 % au privé.

Malgré cette différence de coût pour la dernière année, Guylaine Boutin, directrice du service de l’entretien et de la voirie, estime que le partage des risques est la bonne voie à suivre.

« Au privé, c’est un prix fixe, peu importe ce qui tombe, explique-t-elle. Avec ce qui nous est tombé sur la tête, ça coûté beaucoup plus cher au niveau de la régie. Une autre année où il va y avoir moins de chutes de neige, ça va coûter moins cher en régie et plus cher au privé. Ça nous permet d’avoir deux modèles qui se complètent et en même temps pour nous c’est une bonne façon de se mesurer. Si on était juste en régie, on ne pourrait pas se comparer. Ça devient un indicateur de performance. »

« On est vraiment dans le pire des scénarios, ajoute-t-elle. Si on tentait de sous-traiter le centre-ville, on serait plus vers 10 000 $ ou 11 000 $ que 7500 $. C’est un secteur très demandant. Il ne faut pas tirer la conclusion que la régie coûte nécessairement plus cher. »

De plus, les contrats avec les déneigeurs privés sont encore valides pour quelques années.

« On vient de les renouveler et une chance parce que si on renouvelait après l’hiver qu’on vient d’avoir les soumissions seraient plus élevées, signale Mme Boutin. Aussi, si on prenait toutes les activités en régie, il faudrait penser à construire un autre garage. »

Dépassement de coût majeur

Le rude hiver a coûté cher aux Sherbrookois. Pour la saison hivernale 2018-2019, le dépassement budgétaire est d’environ 4 070 000 $ sur un budget de 10,4 M$ (39,5 %).

« Ça faisait 25 ans qu’on n’avait pas vu un hiver de la sorte avec 415 cm de neige, la moyenne est de 269 cm, souligne Mme Boutin. Il a neigé durant 102 jours et il y a eu cinq épisodes de pluie intense en janvier et février. »

C’est au chapitre de l’épandage que les coûts ont été les plus élevés, soit 5,8 M$ comparativement aux 4,3 M$ budgétés. Plus de 22 000 tonnes de sel et 21 000 tonnes de pierres ont dû être répandues sur les routes. En ajoutant le tassement de la neige, la patrouille du réseau, les frais de main-d’œuvre et les autres dépenses, la Ville aura dû dépenser, au 30 mars, 9,4 M$ pour ses activités de déneigement. Le budget avait été fixé à 7,2 M$. À cette somme s’ajoutent les contrats pour des circuits à Fleurimont et dans Rock Forest-Saint-Élie-Deauville offerts au privé pour 1,9 M$.

L’impact des opérations de déneigement sur le budget 2019 de la Ville sera donc défavorable, et ce, même si les conditions climatiques de l’automne sont clémentes.

Les requêtes citoyennes explosent

Bien qu’en augmentation constante depuis 2015-2016, le nombre de requêtes formulées par les citoyens a effectué un bond vertigineux en 2018-2019 avec 3210 requêtes. À titre comparatif, moins de 2000 requêtes avaient été enregistrées l’an dernier.

« Ç’a été une année exigeante, avoue Guylaine Boutin. La neige est tombée beaucoup en phénomène de jour ce qui fait en sorte que lorsqu’on passe la nuit, le citoyen avait déjà dégagé son entrée. Il avait à le refaire le lendemain. On a donc eu beaucoup de questionnement concernant notre méthode. Au niveau des premières chutes de neige, ç’a été un peu plus difficile pour le privé, mais ça s’est rétabli avec l’avancement de la saison. »

Plusieurs améliorations sont prévues pour la prochaine saison hivernale comme les amendes beaucoup plus salées pour le stationnement interdit de nuit. Des GPS seront également installés sur les équipements des sous-traitants pour faire un suivi en temps réel.