Décrochage scolaire: l’Estrie dépasse son objectif 2020

Le taux de décrochage au secteur public atteint maintenant 17,3 % en Estrie. « On visait un taux de 18 % en Estrie d’ici 2020 », se réjouissent les organismes qui planchent sur l’amélioration de la persévérance scolaire dans la région.

Ces données sont celles de 2015-2016, soit les dernières disponibles du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES).

« L’Estrie atteint et dépasse son objectif 2020 lié au décrochage scolaire et atteint son plus bas taux chez les garçons », indiquent la Table estrienne de concertation interodres en éducation (TECIÉ) et du Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (Projet PREE) et la Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIE). 

Le taux estrien demeure néanmoins supérieur à celui du Québec, qui se chiffre à 14,6 % pour cette même période. 

Qu’est-ce qui pourrait être mis en place qui ne l’a pas encore été pour faire diminuer encore ce taux? 

« C’est sûr que plus le taux baisse, plus nos actions doivent être ciblées de façon particulière », note Josianne Bergeron, coordonnatrice du projet PREE, en énumérant plusieurs initiatives mises en place au fil des ans, dont des projets de concomittance.

Elle rappelle aussi que ce taux « se chiffrait à 30,2 % au début des travaux de la TECIE et du Projet PREE », démontrant ainsi l’étendue du travail accompli.   

L’Estrie connaît également depuis plus de 10 ans son taux de décrochage annuel le plus bas chez les garçons, avec un taux de 20 % dans le secteur public, toujours pour l’année 2015-2016.